MENU

by • 26 mars 2015 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 27 mars 2015.1463

ESSOR SARLADAIS du 27 mars 2015.

couv de regrettables incidents

 

Ibsen en Belgique.

Le Tour des Livres.

 

« L’innocence coupable », tel pourrait être le titre du dernier roman d’Armel Job, paru chez Robert Laffont et intitulé « De regrettables incidents ». L’histoire tourne autour d’une pièce de théâtre d’Ibsen « Le cheval de retour », monté dans un théâtre amateur. Werner, épicier de son métier, a enfin pu prendre la direction de la troupe  où il joue depuis des années les rôles comiques. Etonné que les anciennes ‘jeunes premières’ ne fassent jamais qu’une saison, il recrute Olga, réfugiée kazakhe en attente de régularisation. Chockier, le directeur évincé, fait tout pour lui mettre des bâtons dans les roues. Rachel, ancienne actrice douée, accepte de remonter sur les planches, et révèle au naïf Werner que Chockier a abusé de toutes les jeunes premières. Werner se demande si Marianne, sa propre épouse, n’a pas cédé aux avances du satyre. Mais lui-même est-il si innocent dans son baiser de théâtre avec Olga ? Tandis que la vie réelle se met à ressembler de plus en plus au drame d’Ibsen, derrière la scène, les fils se tendent irrémédiablement jusqu’au drame final. Trop de monde a intérêt à supprimer Chockier.

La grande histoire a oublié le destin fabuleux et tragique d’Aristides de Sousa Mendes, consul du Portugal à Bordeaux, qui, malgré les ordres reçus, a délivré des sauf-conduits à plus de trente-mille réfugiés abandonnés aux forces nazies, dont dix-mille juifs. Réprouvé par le dictateur Salazar, démis de ses fonctions, exilé dans son propre pays, il mourut dans la misère, oublié de tous. Dans son roman « Le consul », publié chez Gallimard, Salim Bachi lui rend hommage, dans un livre-confession que Sousa Mendes adresse à Andrée, sa maitresse. « Faut-il être fou pour être un homme juste ? » s’interroge-t-il, tout en livrant, depuis le fond du puits, un hommage à Dieu, au devoir et à la beauté.

Chez Robert Laffont, Yves Viollier revient sur l’histoire douloureuse de sa Vendée natale dans « L’instant de grâce ». Au soir de la bataille de Cholet, le 17 octobre 1793, les Vendéens  vaincus décident de massacrer les 5000 prisonniers tombés entre leurs mains. Juste avant de mourir, Bonchamps, leur général s’écrie « Grâce ! Grâce aux prisonniers. » Parmi eux, le soldat Pierre-Louis David, parti au combat avec son fils de cinq ans, se retrouve épargné. Trente ans plus tard, l’enfant, devenu le sculpteur David d’Angers, réalise dans le marbre de Carrare, un magnifique hommage à celui qui avait sauvé son père.

Chez Belfond, Sloane Wilson rend hommage à l’américain moyen des années Cinquante dans « L’homme au complet gris ». Cet homme encore jeune, qui a une femme et trois enfants, vient tous les jours de sa banlieue travailler à New York. Il a de l’ambition : gagner de l’argent, du confort. Mais il s’intéresse peu au monde autour de lui et aux problèmes sociaux. Happé par son travail qui mange peu à peu sa vie, il va se rendre compte que l’essentiel est dans sa famille dont il s’éloigne inexorablement. Et si la réussite n’était pas ce que l’on croyait ? Un sujet toujours actuel.

Epargnée par les tueurs islamistes de Charlie Hebdo, Sigolène Vinson, chroniqueuse judiciaire du journal, signe, avec Philippe Kleinmann, chirurgien à Lariboisière, un thriller médical aux éditions du Masque : « Substance ». Une nouvelle neige circule dans Paris, bon marché et très addictive. Le marché étant saturé, une guerre de dealers éclate et les fusillades ensanglantent Paris. Dans une chambre d’hôpital, un homme blessé s’éveille….. Il ne sait pas ce qu’il fait là, mais une sourde menace l’environne.

Fleuve Noir publie le nouvel opus du spécialiste du thriller Andrea Camilleri, intitulé « La chasse au trésor ». Appelé sur les lieux d’une fusillade, l’inspecteur Montalbano parvient à maitriser deux septuagénaires fous qui tirent sur les passants. Derrière une forêt de crucifix, il découvre une poupée gonflable. Une deuxième poupée est découverte dans une benne à ordure, avant que Ninetta, une jeune femme en chair et en os, ne soit enlevée. Le policier se voit proposer par lettres anonymes un étrange jeu de piste qui doit le conduire à un trésor.

 

JEAN-LUC  AUBARBIER.

 

Comments are closed.