MENU

by • 17 juillet 2015 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 17 juillet 20151320

ESSOR SARLADAIS du 17 juillet 2015

couv check point

 

SALAIRE DE LA PEUR EN BOSNIE.

Le Tour des Livres.

 

Excellent cru que ce « Check Point » que nous propose Jean-Christophe Rufin chez Gallimard. Deux camions chargés de matériel humanitaire sont partis de Lyon vers la Bosnie. On pourrait dire de l’ambiance qu’il s’agit d’un « salaire de la peur avec un fille ». Cinq personnes à bord : Lionel, le chef peu sur de lui qui quitte son bureau pour l’aventure, le mystérieux Vauthier, antimilitariste, qui s’oppose aux deux anciens ‘casques bleus’, Alex et Marc et puis Maud, une toute jeune femme qui se cherche. Grincements de boite de vitesse, fuites d’huile, crevaisons en tout genre, rythment ce dangereux voyage. Ce sont les premiers check-points, ceux des Serbes de la Krajina, puis ceux des Croates et les marques de la guerre. A mesure que les camions cinglent vers le camp bosniaque, l’ambiance se tend. Alex et Marc révèlent qu’ils ont cachés des explosifs dans les bagages, et que Vauthier est surement un agent secret chargé de les surveiller. Marc et Maud deviennent amants et s’enfuient avec l’un des camions et son dangereux chargement, poursuivis par les trois autres. Cela sent le drame……

Roman très original que celui de Jules Gassot chez Robert Laffont « On a tué tous les indiens ». A quelques jours de ces trente ans, Benjamin se fait larguer par Julie. Elle ne l’aime plus et le laisse seul comme un chien. C’était la femme de sa vie. Il soigne son mal au whisky, à la drogue, au sexe et s’enfonce chaque jour un peu plus, d’errance nocturne en vertiges de la solitude. Les 66 chapitres de ce roman de la rupture portent le titre d’un western. La vie est-elle autre chose qu’un immense western ? « C’était du suicide de t’aimer, et j’ai adoré ca ».

Peut-on sauver ceux que l’on aime à la folie ? Tel est le thème de « Dépendance day » que Caroline Vié publie chez Jean-Claude Lattès. Ce portrait d’une malédiction familiale, cette maladie d’Alzheimer qui frappe les femmes d’une même famille. Sur trois générations, elles se nomment Lachésis, Clotho et Morta, comme les trois Parques ; elles filent le cours de leur vie. Mais Clotho a du faire enfermer Lachésis, et Morta sait qu’un jour elle va devoir enfermer Clotho. Un roman où l’humour est l’autre nom de la violence. L’amour peut-il être le sauveur ?

Après « Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates », Annie Barrows nous propose, toujours, chez NIL, « Le secret de la manufacture de chaussettes inusables ». Raconté par trois narratrices pleines d’esprit, Layla, Jottie et sa nièce Willa, le récit nous plonge dans l’univers cocasse et charmant d’une petite ville de Virginie-Occidentale pendant l’été 1938. Après avoir refusé le riche parti que lui proposait son sénateur de père, Layla doit gagner sa vie en interrogeant les habitants de Macédonia. Elle prend pension chez les anciens propriétaires d’une usine de bonneterie « Les inusables américaines », ravagée par un incendie mystérieux au cours duquel le fiancé de Jottie a perdu la vie. Une chronique pleine de vie et de charme.

Chez Belfond, Isabel Colegate nous livre « La partie de chasse ». En Angleterre, en 1913, une grande chasse organisée par sir Randolph réunit le gotha de la région. Pourtant, sous le vernis de la bonne éducation et du savoir-vivre, un drame va se jouer. Le roman qui a inspiré le scénario de « Gosford park » et la série « Downton Abbey ».

Chez le même éditeur, Bill Loehfelm nous propose un thriller très noir avec « L’antre du mal ». Dans une Nouvelle-Orléans encore marquée par le cyclone Katrina, Maureen Coughlin a quitté son emploi de serveuse pour intégrer la police municipale. Victime d’une chasse à l’homme, la jeune femme tente d’exorciser ses peurs auprès du sergent Preacher Boyd, un vieux routier. Mais elle s’avère rebelle et peu malléable. Peu à peu, elle devient la confidente des petits délinquants qui n’ont qu’un nom à la bouche, celui de Bobby Scales, un baron de la drogue. Maureen se donne pour mission de faire chuter cet homme dangereux.

 

JEAN-LUC AUBARBIER.

Comments are closed.