MENU

by • 31 août 2018 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 31 août 201858

Essor Sarladais du 31 août 2018

 

Le maître du Talmud.

Le Tour des Livres.

 

Avec « Le maître du Talmud », publié chez Albin Michel, Eliette Abécassis nous livre un de ces romans historiques et ésotériques dont elle a le secret. En 1240, à Paris, un nouveau-né est retrouvé poignardé. Il n’en faut pas plus pour que l’on accuse les Juifs d’un meurtre rituel. Le narrateur, Eliezer Cohen, étudie le talmud chez sire Vives de Meaux, le plus grand spécialiste du sujet. Le talmud, ce sont les commentaires des sages rabbins sur la Thora, qui tentent de répondre à toutes les questions qu’un être humain peut se poser à propos des lois et mœurs de la communauté juive. Mais les réponses peuvent être contradictoires ; aussi faut-il posséder une grande habileté intellectuelle. Pour des raisons autant dogmatiques que financières, le roi Louis IX veut éliminer la communauté juive de Paris. Vives charge Eliezer de découvrir le criminel afin que leurs coreligionnaires soient épargnés. Celui-ci ne tarde pas à découvrir le renégat, un juif convertit au christianisme : c’est l’époux de Déborah, celle qu’il aime et qu’il n’a pu épouser, car il est de basse extraction. Il découvre également que le Talmud, ce magnifique édifice de culture, est considéré comme une arme contre les chrétiens. Peut-être est-il aussi la solution. Ce roman est une fresque fascinante qui constitue une sorte de thriller historico-religieux très réussi.

Chez le même éditeur, Tom Franklin nous offre un magnifique recueil de nouvelles, réunies sous le titre de « Braconniers ». Tom Franklin est l’un des grands héritiers de cette littérature du Sud qui a produit des Faulkner, des Steinbeck et des Caldwell. Ici, il nous promène dans son Alabama natal, sur les traces de l’enfant qu’il a été. Dans un univers violent de chasseurs et de pécheurs, celui qui préfère la lecture est vite considéré comme un inférieur, une femelette. Aussi, pour pouvoir assouvir sa passion, le jeune Tom doit-il se soumettre aux rites des braconniers : tuer son premier cerf pour plaire à son père. Car tous braconnent illégalement dans ses marécages gluants, ses rivières polluées, à la recherche d’un monde moribond : celui de la nature et de l’homme originel.

« Ma mère, comme dans un conte cruel pour enfants, s’était transformée en livres ». Ainsi s’exprime le narrateur du roman de Jean Berthier « 1144 livres », paru chez Robert Laffont. Né sous X, bibliothécaire de profession, il apprend que sa mère biologique lui a légué à sa mort 1144 livres. En acceptant l’héritage, le narrateur part sur les traces de sa génitrice qu’il espère connaitre enfin à travers les ouvrages qu’elle lui a laissés. Soudain, il se retrouve confronté à cet étrange amour des livres qui les réunit.

« L’héritage des Restiac », roman périgourdin de Martial Maury vient de sortir en poche chez City. Antonin, correspondant de Sud-Ouest à Bergerac, assiste à l’enterrement de Raoul Perrot, une figure locale. Une dispute éclate au-dessus du cercueil entre l’ancienne bonne du défunt et son petit-fils. En voulant en savoir plus, Antonin va se retrouver embarqué dans une drôle d’histoire où passé et présent vont s’entremêler étroitement.

 

Jean-Luc  Aubarbier.

Comments are closed.