MENU

by • 27 août 2020 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 28 août 2020.93

Essor Sarladais du 28 août 2020.

Thrillers en religion.

Le Tour des Livres.

C’est dans une étroite vallée des Pyrénées, loin de tout, comme il les aime, que Bernard Minier nous entraine avec son nouveau thriller, intitulé « La Vallée », publié chez X.O. On y retrouve son héros récurrent, Martin Servaz, déjà rencontré dans « Glacé », « Sœurs », etc. Quand il reçoit un appel de Marianne, sa compagne disparue depuis huit ans, il n’hésite pas et vole à son secours. Arrivé dans ce petit village qu’il connait bien, il ne la retrouve pas, et, pour mener tranquillement son enquête, il se fait héberger dans un monastère où vivent quelques religieux, dans la solitude et le dénuement. L’ambiance est étrange : une forêt impénétrable, des grottes à profusion. Il ne tarde pas à découvrir que des meurtres ont eu lieu, atroces. Près des corps, on retrouve de mystérieux signes : une croix, un triangle, un cercle, un carré. La population du village, isolée du reste du monde par un éboulement, crée une milice et veux se faire justice. Servaz se retrouve entre deux puissances spirituelles : celle du père abbé, homme du passé qui sait beaucoup de choses, et celle de la sulfureuse psychanalyste Gabriela. Suspense garanti.

C’est dans une autre communauté religieuse que nous entraine Jean-Christophe Grangé avec « Le Jour des Cendres », paru chez Albin Michel. Pierre Niemans, son héros, est amené à enquêter sur une étrange communauté religieuse, propriétaire d’un vignoble en Alsace, et qui vit comme au XVI° siècle. Samuel, leur chef, a été tué par l’effondrement de la voûte de la chapelle. Mais le policier soupçonne un meurtre. Il envoie sa collègue Ivana, déguisé en vendangeuse, pour fouiller cet univers non-violent… en apparence. En usant de ses habituelles et brutales méthodes, Niemans parvient à découvrir que le mystère provient d’une fresque, réalisée dans l’église, dont personne ne doit comprendre la signification. Et les meurtres s’accumulent.

Au Cherche-Midi, Steve Berry, habitué des sujets ésotériques et sacrés, nous propose « Les Saintes Reliques ». Cotton Malone, son héros récurrent, est amené à enquêter sur des vols de reliques. On a dérobé la Sainte Ampoule contenant le sang du Christ, dans la basilique du Saint-Sang à Bruges. Quatre saintes reliques ont également disparues, dont celle conservée à Notre-Dame-de-Paris. S’agit-il d’un complot visant à discréditer l’Eglise ? Ou au contraire, certains religieux voudraient-ils éviter que l’on découvre des supercheries quant à l’authenticité des objets ? Un puzzle diabolique que Cotton Malone va reconstituer de main de maitre.

C’est dans un double passé que nous conduit Hervé Michel avec « La Malédiction égyptienne », paru chez City. Peu de temps après l’expédition en Egypte de Napoléon, deux des explorateurs meurent au cours d’étranges combustions spontanées. Le commissaire de la police impériale, Gustave Rodier découvre qu’ils avaient tout deux participé à la découverte du tombeau du grand prêtre d’Amon-Ré. Il doit résoudre l’énigme de toute urgence, car Napoléon en personne doit inaugurer l’exposition présentant les trésors. Mais le danger brûle ceux qui s’approchent trop près de la vérité.

                                                                         Jean-Luc  Aubarbier.

Comments are closed.