MENU

by • 29 août 2015 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 28 août 20151409

ESSOR SARLADAIS du 28 août 2015

couv d'apres une histoire vraie.

LE VRAI ET LE FAUX.

Le Tour des Livres.

 

Après l’immense succès de « Rien ne s’oppose à la nuit » en 2011, Delphine de Vigan nous revient avec un roman publié chez Jean-Claude Lattès, qui sera un des évènements de cette rentrée littéraire. Tout est dans le titre : « D’après une histoire vraie ». Si elle n’a rien publié pendant quatre ans, c’est parce qu’elle est tombé sous la coupe d’une femme que l’on ne connait que sous l’initiale L. Rencontrée lors d’une fête, L. va réellement prendre possession de l’auteur. D’abord en se rendant indispensable, puis en lui révélant peu à peu qu’elle sait tout d’elle : n’ont-elles pas été dans la même classe préparatoire ? L. exerce le métier de « nègre » et elle est véritablement obsédée par la vérité. Après le succès du roman sur sa mère, Delphine ne doit pas retourner à la fiction. Petit à petit, L. se substitue à Delphine, prend sa place lors de rendez-vous, écrit à sa place. Ira-t-elle jusqu’à vouloir la supprimer pour investir son rôle ? Mais en fait, tout cela est-il réel ? Car curieusement, lorsque Delphine prend conscience du danger, elle ne trouve aucune photo de L., aucune trace de celle qui cache si bien sa vie. Qu’est-ce qui est vrai dans un livre ? Delphine de Vigan auteur, est-elle la vraie Delphine ? Ce roman magnifique peut se lire comme un témoignage, comme un thriller à la Stephen King ou encore comme l’autobiographie d’une folle. Mais qui écrit ?

Chez le même éditeur, Serge Bramly nous propose « La transparence et le reflet », un gros récit sur l’histoire du verre qui nous apprend comment ce matériau a transformé notre civilisation. Là aussi, la notion de vérité est déclinée à travers la vision, réelle ou déformée. Serge Bramly utilise l’histoire de la peinture occidentale pour nous inviter à une relecture de notre modèle de société, sous un éclairage inédit.

Toujours fidèle à la rentrée, Amélie Nothomb nous propose, chez Albin Michel, « Le crime du comte Neville ». Noble ruiné, le comte Neville retrouve sa fille chez une voyante qui lui prédit qu’il va tuer un des invités lors de la dernière fête qu’il va donner en son château. Sa fille lui demande d’être la sacrifiée. Une variante du thème d’Iphigénie et d’Agamemnon. « Ce qui est monstrueux n’est pas nécessairement indigne. »

Après le succès de « Faber », Tristan Garcia publie, toujours chez Gallimard, un gros recueil de nouvelles intitulé « 7 ». En fait, le lecteur ne tarde pas à comprendre que ces 7 romans miniatures sont étroitement liés, malgré les thèmes qui semblent réunis en désordre. Il y est question de drogue, de jeunesse, de musique, de beauté, de militantisme, d’extraterrestres et d’immortalité. Et tout cela se lit avec passion, car l’ensemble se veut une nouvelle image de la psyché de l’homme contemporain, de ses doutes et de ses croyances nécessaires. C’est aussi l’histoire d’une humanité qui tourne le dos à la réalité et préfère se raconter des histoires.

C’est un fait divers qui a conduit Philippe Jaenada a écrire ce gros roman « La petite femelle », publié chez Julliard. Dans les années Cinquante, Pauline Dubuisson, une jeune femme de 24 ans tue son amant. L’auteur construit son livre comme une enquête policière, (avec des digressions un peu déjantées) pour nous faire découvrir une personnalité étonnante. C’est elle qui a inspiré à Henri-Georges Clouzot le personnage de « La Vérité » interprété sublimement par Brigitte Bardot. Qui est-elle ? Un monstre de froideur, qui a « couchée avec les Boches » avant d’exploiter la crédulité de vieux messieurs ? Ou cet être étonnant, presqu’animal, qui ne ment jamais au cours de son procès, quitte à choquer les jurés, et qui apparait comme l’image même de la liberté ? Plus encore, Philippe Jaenada nous montre combien l’étude de ce cas a modifié sa propre vie au cours de l’écriture, car pour lui, l’œuvre est indissociable de la vie de l’écrivain.

 

JEAN-LUC AUBARBIER.

Comments are closed.