MENU

by • 3 juillet 2014 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 22 mai 2014.1554

ESSOR SARLADAIS du 22 mai 2014.

ob_a88138_nageur-de-riviere

On appelle ‘novella’, une longue nouvelle, presqu’un court roman. « Nageur de rivière », le dernier ouvrage de Jim Harrison, publié chez Flammarion, nous propose deux textes. « Au pays des sans-pareils » raconte l’histoire de Clive, historien d’art, mais peintre raté. Brisé par son divorce, il trouve refuge dans la ferme familiale du Michigan, pour s’occuper de sa vieille mère, une passionnée d’oiseaux sauvages. Il se lance sur les traces de Laurette, son amour de jeunesse, et, au contact de la nature qui ravive sa mémoire, il se remet à peindre. Dans « Nageur de rivière », Thad, élevé par une vieille indienne, vit prés du lac Michigan et décide de nager jusqu’à Chicago. Ce jeune sauvage qui veut vivre du produit de sa pêche, est confronté à la violence du monde moderne, à celle du père de sa fiancée. Lui, il vit dans l’univers magique des ‘bébés aquatiques’, les âmes des enfants morts qui peuplent le fleuve.

Avec « Tempête », publié chez Gallimard, J.M.G. Le Clézio nous propose également deux novellas. Dans « Tempête », le narrateur, Kyo, revient sur l’ile coréenne d’Udo où il a vécut trente ans auparavant. Il a passé un long temps en prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Il y rencontre June, élevée par les femmes qui plongent pour pêcher les coquillages. Ces deux réfugiés se confronteront à la nature, à la mer, cruelle comme les humains. « Une femme sans identité » nous laisse à Paris, dans l’univers brutal des réfugiés clandestins débarqués d’Afrique. Un regard d’enfant nous guide.

Chez Fléloïse d’Ormesson, la romancière belge Véronique Biefnot nous propose la rencontre de deux sôeurs avec « Là où la lumière se pose ». Naëlle est enfin parvenue à surmonter les traumatismes de son enfance. Elle décide de retrouver sa sœur dont elle a été séparée à l’âge de huit ans. Elle découvre que Christine vit avec son mari dans une communauté isolées des Ardennes. Acceptée dans le groupe, initiée à leurs étranges rites, elle comprend vite qu’elle a intégrée une secte. Naëlle ne songe plus qu’à fuir, mais les démons de son passé vont la rattraper au moment où le présent lui devient insupportable : elle reconnaît en elle la terreur qui l’habite depuis toujours.

Chez le même éditeur, Aurélie de Gubernatis publie un excellent thriller « L’Impasse ». Psychiatre de renom, Estelle reçoit dans son service Josselin, un ancien camarade de promo qui lui a sauvé la mise lors de son concours de médecine, vingt ans plus tôt, avant de disparaitre de sa vie. Par reconnaissance, et peut-être par amour, Estelle vole à son secours, et, dévorée par un sentiment de culpabilité, s’engage beaucoup plus loin que ne l’exige la déontologie professionnelle, pour sauver Josselin. Angoisse, émotion et suspense diabolique sont au rendez-vous de ce passionnant roman.

Entre polar et histoire, c’est ainsi que l’on peut situer « Minuit à Pékin » du Britannique Paul French, publié chez Belfond. A Pékin, en 1937, on retrouve le cadavre atrocement mutilé de Pamela Werner, fille adoptive du consul de Grande-Bretagne. Crime politique ou affaire de rôdeur ? L’inspecteur Dennis a bien du mal a démêler les fils de son enquête, dans un pays en proie à la corruption, la drogue et la luxure, dans une ambiance délétère, tandis que chacun attend le moment où l’empire japonais va fondre sur ce qui reste de la Chine. Paul French nous livre, 75 ans après le crime, les conclusions de ce fait divers bien réel.

Chez Flammarion, Antoine Laurain nous propose « La femme au carnet rouge ». Laurent découvre, prés de sa librairie, un sac à main de femme, volé et vidé de son argent, mais qui recèle encore de nombreux objets : photos, parfum, notes. Il s’improvise détective pour retrouver l’inconnue à qui le sac a été dérobé. Il sait qu’elle se nomme Laure, grâce à un carnet rouge où elle note ses pensées les plus intimes. Le jeu de piste va se muer en quête amoureuse. Une comédie douce, romantique et pleine d’humour, qui fait appel à notre sens du merveilleux.

Comments are closed.