MENU

by • 22 décembre 2017 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 22 décembre 2017450

ESSOR SARLADAIS du 22 décembre 2017

 

DANS L’INDE DES MAHARAJAHS.

Le Tour des Livres.

 

La romancière anglaise M.J. Carter réinvente le roman d’aventures avec « Maharajah » paru au Cherche-Midi. En 1837, à Calcutta, la compagnie des Indes achève la conquête du sous-continent.  Car c’est bien une société privée, et non le Royaume Uni de Grande-Bretagne qui a affrété une armée pour imposer les lois du commerce aux Asiatiques. Le célèbre écrivain Xavier Mountsuart, chantre de l’Inde,  a disparu, après le scandale de son dernier livre où il prenait fait et cause pour les indigènes. Le jeune lieutenant William Avery doit escorter l’agent spécial Jeremiah Blake, spécialiste des langues orientales, pour retrouver le romancier. A travers un territoire hostile, hanté par les dacoïts, des bandits de grands chemins, et les redoutables thugs qui étranglent leurs victimes pour plaire à la déesse Kali, les deux hommes vont croiser tous les clichés de l’Inde coloniale, de l’officier britannique qui se prend pour un roi, au rajah qui chasse le tigre à dos d’éléphant et se prend pour un dieu. Un roman très plaisant qui dénonce les travers du monde colonial dévoré par la corruption.

C’est un court roman très plaisant que nous a livré l’Américain Matthew Weiner, avec « Heather, par-dessus tout », publié chez Gallimard. Jusqu’où peut-on aller par amour pour son enfant ? Cet amour peut-il détruire la relation entre deux êtres ? Telles sont les deux questions qui nous sont posées par ce texte brillant. Karen et Mark se sont mariés sur le tard ; ce sont deux individus assez quelconque. Lui échoue dans la plupart de ses projets, avant de réussir à se faire une (petite) place dans la finance où il gagne bien sa vie. Elle est une femme séduisante dont la carrière dans l’édition n’a jamais décollée. Lorsque nait leur fille, Heather, la plus adorable des enfants, elle devient l’objet d’un véritable culte de la part de ses parents. Au fur et à mesure qu’elle grandit, qu’elle devient une très jolie adolescente, une rivalité oppose le père et la mère qui veulent, tour à tour, séduire leur fille et lui montrer le plus grand amour possible. La fièvre va monter encore d’un cran quand Heather croise la route de Bobby, un jeune ouvrier qui sort de prison. Les deux jeunes se plaisent, et Bobby devient de fait l’homme de trop dans cette terrible histoire d’amour.

Chez Albin Michel, Aurélien Delsaux publie « Sangliers », l’histoire d’un petit village entre le Rhône et les Alpes, qui n’en finit pas de mourir. Seule la chasse aux sangliers fédère encore les habitants qui se retrouvent dans le dernier bistrot encore ouvert. Les vieux et leurs radotages n’intéressent plus grand monde. Dans cet univers qui se défait, quelques figures solitaires tentent de bâtir une vie au milieu d’un oasis de désespoir. Un roman puissant qui illustre l’abandon dans lequel se trouve une partie de la France d’aujourd’hui.

Au Cherche-Midi, l’actrice Clémentine Célarié publie « A la folie », un roman sur la normalité et la folie. Marguerite, la narratrice, ne trouve plus aucun sens à son existence. Un soir, elle rencontre un homme singulier qui lui ouvre les portes d’un autre monde, un centre où vivent des êtres dits « anormaux », physiquement ou mentalement. Elle croit y voir un havre de paix, de poésie et d’actions nécessaires ; un lieu où tout est à réinventer en permanence. Qui est fou ? Qu’est-ce que la normalité ? Autant de questions essentielles qui trouvent des réponses dans la vie des autres.

 

JEAN-LUC  AUBARBIER.

Comments are closed.