MENU

by • 6 décembre 2022 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 2 décembre 2022.100

Essor Sarladais du 2 décembre 2022.

La septième enquête de Victor Dauterive.

Le Tour des Livres.

      Jean-Christophe Portes n’a pas son pareil pour mêler histoire et polar. Avec « La Femme aux doigts d’or », paru chez City, nous retrouvons pour la septième fois le lieutenant (désormais capitaine) Dauterive, un jeune noble qui a abandonné la particule pour s’engager dans la révolution française. C’est un régal de découvrir sur ses pas les tourments et virevoltes de cet acte fondateur de la France moderne. D’abord disciple de La Fayette, il abandonne le marquis avant son exil, pour s’attacher à Danton.  Dauterive est un modéré qui aspire à la liberté des peuples sans exalter la guillotine. Le dernier opus, qui se situe à l’hiver 1792, juste avant la condamnation du roi, le trouve aux prises avec des trafiquants qui organisent l’évasion des fortunes des émigrés et n’hésitent pas à tuer ceux qui découvrent leur secret. Une célèbre actrice, Julie Renard, et sa domestique, en sont les victimes. Dauterive est également missionné par Danton auprès de Talleyrand, réfugié à Londres. Il y découvre que les Anglais se moquent bien de sauver Louis XVI, et espèrent même son exécution afin d’avoir un prétexte pour déclarer la guerre à la France. 

Autre spécialiste de l’épopée historique et policière, Jean d’Aillon poursuit son récit du temps de Charles V avec « La Rançon du Roi Jean », chez Robert Laffont. Fait prisonnier à la bataille de Poitiers, le roi de France Jean le bon attend à Londres le paiement de sa rançon. Son ainé, Charles, dirige le royaume en son absence. Il écarte les conspirations de Charles le Mauvais, qui aspire à s’emparer du trône, et parvient à réunir les fonds. Galéas Visconti, seigneur de Milan, accepte de payer si la fille de Jean le Bon épouse son fils. Pour escorter la rançon jusqu’en Angleterre, Pietro Sangallo, capitaine de la milice de Florence accepte la dangereuse mission.

Chez Sonatine, la Britannique Hilary Mantel (deux fois récompensé par le Booker price) achève sa trilogie consacrée aux Tudor avec « Le Miroir de la Lumière », qualifié de « meilleur roman anglais du siècle » par The Observer. Thomas Cromwell mène les affaires du royaume. Il a poussé Anne Boleyn sur l’échafaud et encouragé le roi Henri VIII à épouser Jane Seymour. Mais le peuple ne veut plus de lui et se révolte. Parviendra-t-il à sauver sa tête et sa place d’homme de confiance d’un roi capricieux et versatile ?

Au Cherche-Midi, Jim Fergus, Américain d’origine française, poursuit le récit de l’héroïne de « Mille femmes blanches » avec « May et Chance ». May Dodd, jeune bourgeoise anticonformiste de Chicago,  n’a pu gagner sa liberté qu’en acceptant de se joindre à un convoi de femmes destinées à épouser des guerriers Cheyennes. Deux ans plus tard, en 1877, avec son amant, un ami indien et la compagne de ce dernier, elle tente de regagner la civilisation. Son destin la conduira en France …

                                                                             Jean-Luc  Aubarbier.

Comments are closed.