MENU

by • 1 décembre 2016 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 2 décembre 20161067

ESSOR SARLADAIS du 2 décembre 2016

 

couv-leffroi

 

couv-leffroiLA VALEUR DU GESTE.

Le Tour des Livres.

 

Avec « L’Effroi », paru chez Gallimard, François Garde nous plonge dans l’univers psychologique du héros d’un jour. Musicien dans un orchestre symphonique, Sébastien a la stupeur de voir, un soir de concert, le célèbre maestro Louis Craon faire le salut nazi en direction du public. Sans réfléchir à son geste, sans savoir pourquoi, il se lève et tourne le dos au chef d’orchestre. Aussitôt, dans un même élan, tous les musiciens font de même. Craon quitte la salle sous les hués et le spectacle se poursuit sous la direction du premier violon. Dans les jours qui suivent, Sébastien est traité en héros, interrogé par tous les médias ; le directeur de l’opéra met même à sa disposition une efficace attachée de presse. On lui propose des contrats faramineux que son modeste talent ne mérite pas. Puis, très vite, les médias passent à autre chose et viennent les temps des reproches. N’a-t-il pas agi à la hâte ? Après tout, personne n’a pu trouver d’accointance entre Craon et l’extrême droite. Ou pour se faire valoir ? Ses collègues le jalousent. Des néonazis le menacent et, pour la sécurité de la salle, on lui demande de se mettre en congé. Il ne peut même pas compter sur son éphémère célébrité (qu’il aurait du monnayer immédiatement). Quant à Louis Craon, il a disparu.

La Briviste Régine Laprade publie aux Monédières un délicieux roman dont elle a le secret. Médecin militaire à la fin des années 30, Franck Müller de Richtenbourg part en Allemagne, en 1943, sur ordre de sa hiérarchie, pour soigner les prisonniers français. Il découvre à Berlin la misère des camps et de la guerre, et aussi, une étrange jeune fille : Ingrid Müller von Richtenbourg. Une réflexion sur la fragilité des frontières qui séparent les humains.

Chez Fayard, Daniel Levine réinvente un thème mythique avec « Hyde ». Enfermé dans le cabinet du docteur Jekyll, Hyde est au pied du mur. Pendant les quatre jours qui précèdent son arrestation, il raconte son histoire. Hyde a vécu la plupart du temps enfermé dans le corps du bon docteur ; il observe sa vie sociale. Mais dans le brouillard de sa conscience obscure, il sait que des jeunes filles disparaissent, que des meurtres sont commis. Par qui ? Un bel hommage au personnage créé par Louis Stevenson.

Une idée de livre cadeau pour Noël ? Historien de la littérature, Antoine Compagnon (auteur de « Un été avec Montaigne » et « Un été avec Baudelaire ») nous propose « Aimer l’amour, l’écrire » aux éditions de L’Iconoclaste. De Victor Hugo à Annie Ernaux, en passant par Flaubert, Rimbaud, Proust, Eluard, Aragon et beaucoup d’autres, il nous raconte, à l’aide de lettres d’amour, de poèmes et de fragments de romans, les mille facettes du sentiment amoureux. Amour fugitif, rêvé, idéalisé, fantasmé, tout est bon pourvu que l’on aime…. et qu’on l’écrive.

Aux Presses de la Renaissance, Patrick Banon nous met en garde avec « Marianne en péril ». Sous titré « Religions et laïcité : un défi français », son livre analyse les contestations de l’égalité entre hommes et femmes, les exigences religieuses qui dévorent de plus en plus l’espace public, des hôpitaux aux écoles. Le vivre-ensemble au sein d’une démocratie indivisible se trouve remis en cause. Patrick Banon dévoile la puissance des symboles et les mécanismes de la pensée religieuse, et le fonctionnement si particulier de la laïcité à la française.

 

JEAN-LUC  AUBARBIER.

Comments are closed.