MENU

by • 10 mars 2016 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 11 mars 2016.1518

ESSOR SARLADAIS du 11 mars 2016.

 

couv celle que vous croyez

 

couv la nuit de zelemta

 

 

 

 

 

 

AIMER OU ECRIRE UN ROMAN.

Le Tour des Livres.

 

Avec « Celle que vous croyez », publié chez Gallimard, Camille Laurens nous offre bien plus qu’un roman « facebook ». Pour surveiller son amant volage, Claire devient, sur le célèbre réseau social, l’ami d’un ami, un certain Christophe. Elle a 48 ans, « la date de péremption » pour une femme, ce qui lui parait tout à fait injuste. Aussi, sur le net, devient-elle une belle jeune femme brune de 24 ans. Mais Facebook est une drogue dure. Voilà qu’elle se pique au jeu avec ce Christophe qu’elle ne connait pas. Elle en tombe amoureuse et c’est réciproque. Sauf que la Claire qu’il aime n’est pas celle de la photo. « L’amour, c’est vivre dans l’imagination de quelqu’un d’autre » a dit le cinéaste Antonioni. Quand deux êtres s’aiment, surtout en ne se voyant pas, ils écrivent l’un et l’autre, un fabuleux roman d’amour. Car Christophe est-il le prince charmant qu’il prétend être ? Diverses voix viennent se mêler dans le roman. Claire parle à son psychiatre, le médecin parle d’une malade. Comme dans le remarquable « D’après une histoire vraie » de Delphine de Vigan (J-C Lattès), un terrible méli-mélo de réalités et de mensonges va transformer le quotidien en drame.  Un excellent roman, à lire d’urgence.

Chez le même éditeur, Marie Nimier nous propose « La Plage ». Une jeune femme dont on ne connait pas le nom, débarque sur une île, en été. Elle traverse en autobus un paysage aride jusqu’à une plage où elle se souvient être venue avec un ami. Elle se rappelle d’une grotte où ils se sont aimés. Il n’y a personne ; elle se baigne nue. Mais elle n’est pas aussi seule qu’elle le croit. Un garçon, dont on ne sait rien, l’observe. Quand elle quittera la plage, quelques jours plus tard, elle ne sera plus la même qu’avant. Une ambiance onirique et sensuelle.

Cela faisait si longtemps que l’on n’entendait plus sa voix ! René-Victor Pilhes, l’auteur de l’inoubliable « Imprécateur », nous revient avec son style inimitable fait de phrases inversées. Dans « La nuit de Zelemta », publié chez Albin Michel, il revient sur un épisode que l’on devine personnel, de la guerre d’Algérie. En 1953, Jean-Michel Leutier, jeune pied-noir issu d’une famille modeste, part étudier à Toulouse. Pour les beaux yeux de Rolande, il devient visiteur de prison et noue un rapport étrange avec Abane Ramdane, un des chefs du F.L.N. Ils sont issus du même pays, sont censés vivre sur la même terre algérienne. Peu à peu, à sa manière, le leader arabe instruit le jeune homme. Quatre ans plus tard, le lieutenant Leutier reçoit pour mission de traquer Abane Ramdane. Il sait que ce dernier est un des rares à pouvoir proposer une solution honorable pour les deux camps. Quel sera son choix dans ce combat juste et sanguinaire ?

Chez Jean-Claude Lattès, Frédéric Lenormand poursuit sa série « Voltaire mène l’enquête » avec « Docteur Voltaire et Mister Hyde ». Tandis qu’une mystérieuse maladie ravage la capitale, Voltaire regagne Paris où, sans cesse, on le confond avec son frère Armand, un bigot intransigeant. Comme à son habitude, il prodigue ses conseils basés sur la rationalité pour éloigner la superstition qui s’abat sur le peuple, mais, comme toujours, la police pense que c’est la faute à Voltaire.

Aux Presses de la Cité, la Briviste Sylvie Anne nous propose « Le Bois et la Source ». Dans les années 20, au cœur du Limousin, Jacques Crozant a tout pour réussir : son père, Lucien, n’a-t-il pas fait fortune dans l’exploitation du bois ? Mais son mariage avec la belle Elena remet tout en question. Car la jeune femme brune à la beauté exotique, que l’on surnomme l’Indienne, traine derrière elle une réputation de sorcière, lié à son métier d’herboriste. Le monde des affaires et celui de la science des plantes vont s’affronter en une lutte sans merci.

 

JEAN-LUC  AUBARBIER.

 

 

Comments are closed.