MENU

by • 6 février 2018 • Mes livres, Nouveautés, Romans et nouvellesCommentaires fermés sur LE COMPLOT DE L’AUBE DOREE387

LE COMPLOT DE L’AUBE DOREE

LE COMPLOT DE L’AUBE DOREE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Complot de l’Aube Dorée.

City éditions. Diffusion Hachette. Paru le 31 janvier 2018.

Quatrième opus des aventures de Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec, après « L’échiquier du Temple » (City et City poche), « Le Testament Noir » (City et City poche) et « La Vengeance de Gaïa » (City).

Ouvrage disponible.  Prix public : 17,90 euros.

Résumé.

Sur les terres de légendes et de mystères du Limousin, lors d’une procession religieuse, un pénitent s’effondre. Le prêtre qui accompagnait sa démarche de repentance est également retrouvé poignardé et crucifié. Archéologue et franc-maçon, Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec réalisent rapidement qu’il s’agit de crimes rituels aux racines ancestrales. A partir d’un exemplaire codé du « Dracula » de Bram Stoker, leur enquête les conduit sur les traces de l’Aube Dorée, une société secrète très ancienne…. et particulièrement dangereuse. De la Grèce d’aujourd’hui aux rues de Londres hantées par Jack l’éventreur, en passant par l’Allemagne nazie, toutes les époques troublées semblent porter la marque de l’Aube Dorée. Un ordre de plus en plus puissant qu’il faut absolument arrêter avant qu’il ne soit trop tard. En 1888, à Londres, suite à l’assassinat du secrétaire de leur loge dans un bouge de Whitechapel, des écrivains francs-maçons se lancent sur les traces du criminel. Ils ont noms: Conan Doyle, Oscar Wilde, Rudyard Kipling. Leurs collègues de loges, et peut-être meurtrier sont Bram Stoker, Samuel Butler Yeats et Henry Rider Haggard. Un thriller aussi littéraire que terrifiant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait de la préface de Stéphanie Hochet, romancière, spécialiste de littérature anglaise.

« Ce dernier opus est sans doute le plus passionnant des romans de Jean-Luc Aubarbier qui s’attaque au mythe du premier tueur en série de l’histoire moderne : Jack l’éventreur……Attendez vous à maints rebondissements et discussions passionnantes entre un Wilde désabusé aux traits d’esprits irrésistible et un Conan Doyle se prenant pour son héros de papier…… »

 

Extraits 1.

Accoudée au balcon de sa chambre, Marjolaine perdait son regard dans la profondeur de la nuit. Un parfum printanier montait jusqu’à elle des plantes du parc et des eaux du lac où coassaient des grenouilles…..Au dessus des arbres, dans le bleu-noir obscur, la lune fixait sur elle son oeil unique. Qu’est-ce que Pierre lui avait dit de la lune ? Pierre qui n’était pas rentré. « Contrairement au tombeau de maître Hiram, l’architecte du temple de Salomon, qui marque le centre immobile du cercle, l’axe du monde, le vampire, le non-mort, bouge dans sa tombe avec la lune. Il tourne sur lui-même car il est soumis à l’astre maléfique »……..Dans l’ombre de la porte que Marjolaine avait imprudemment laissée ouverte, l’homme en noir se tenait parfaitement immobile. A peine un oeil humain aurait-il pu le distinguer dans l’obscurité. Lui, d’un regard qui ne cillait pas, fixait ses prunelles sur le dos de la jeune femme à sa fenêtre. Il la voyait de trois-quarts arrière, dans sa chemise de nuit claire qui frissonnait au vent léger. La lune parait d’argent ses cheveux blonds mi-longs dont la coupe élégante révélait une nuque gracile. Le regard de l’homme ne pouvait quitter le ruisseau de sa chair blanche, fragile et sensuelle. L’astre de la nuit éclairait la silhouette d’une lueur fantomatique où seule brillait une mèche d’or. Il glissa plutôt qu’il ne marcha vers elle, plus silencieux que la mort, et referma sa bouche sur la nuque offerte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marjolaine sur la pierre des sacrifices de Cinturat, en Limousin.

 

 

 

 

 

 

Extrait 2.

Marjolaine poussa un cri strident qui fit s’envoler les oiseaux tout juste éveillés. L’homme titubait au sommet du rocher, brandissant sa lame, cherchant où frapper, tandis que ses compagnons, ignorant l’avertissement, ricanaient bêtement. La charge de chevrotine le coupa en deux. Pierre se redressa, les canons de son fusil encore fumants, tandis que Violaine vidait le chargeur de sa carabine en direction du groupe qui se dispersa dans les sous-bois voisins. Pierre se précipita, ramassa le couteau près du cadavre de l’homme qu’il avait abattu, escalada le rocher et libéra Marjolaine. Il dût même la porter jusqu’en bas, tenant son corps tremblant contre le sien. »Il faut filer, dit Violaine. Ils vont revenir et nous n’avons plus beaucoup de munitions. » Marjolaine, qui reprenait ses esprits, se mit à tambouriner nerveusement avec ses poings contre la poitrine de Pierre. « Pourquoi c’est toujours à moi que ça arrive! hurlait-elle tandis que des larmes se mêlaient à son rire. Pourquoi c’est moi qui suis toujours enlevée, et pas toi ? »

 

 

« A l’aéroport de Shannon, Marjolaine tint à louer un vieux Mini Van Austin à parements de bois, de couleur parme, très inconfortable, mais qui incarnait à souhait son idée romantique de l’Irlande. »

 

 

 

« Le sol était partout craquelé, fendu comme par une sécheresse. Dans les crevasses, il voyait …. ce n’était pas possible! Des doigts, des doigts de morts, rouges et déformés, qui semblaient vouloir sortir de terre. Il devait y avoir des dizaines de cadavres là dessous. L’odeur pestilentielle de corps en décomposition agressa ses narines. Violaine! appela t il d’une voix étranglée…..La jeune femme contempla le spectacle avant d’éclater de rire. Ce sont des anthurus d’Archer, aussi appelés doigts du diable. …. Ils sont comestibles quand ils sont jeunes…. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce livre est-il dangereux ?

« Juste avant sa mort, en 1871, sir Edward Bulwer Lytton publia un étrange roman, quelque chose de très français, entre Voltaire et Jules Verne. Vous n’avez pas lu ‘La race à venir’? Bien sur que je l’ai lu, dit Doyle pour donner du poids aux arguments de son ami et renseigner Kipling et Pike. Le sous-titre: ‘celle qui nous exterminera’, est terrifiant. »

 

 

 

 

 

 

Le château de Montbrun, en Limousin, où le comte Lytton reçoit Pierre et Marjolaine. Il recèle pour de vrai une reconstitution de la Table Ronde, et bien des éléments de mon roman (comme le portrait d’Andriette, la dame blanche).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     La chapelle de Vaulry, au sommet des monts de Blond, en Limousin, lieu de sabbat où se réunissent sorcières et loups-garous.

 

 

 

 

Le site Corot, en Limousin, hanté par le fantôme sans tête.

 

 

Comments are closed.