MENU

by • 5 janvier 2017 • Mes livres, Nouveautés, Romans et nouvellesCommentaires fermés sur LA VENGEANCE DE GAÏA1664

LA VENGEANCE DE GAÏA

LA VENGEANCE DE GAÏA.

 

 

 

 

 

 

 

 

La Vengeance de Gaïa.

City éditions. Diffusion Hachette. Publié le 4 janvier 2017.

Roman de Jean-Luc Aubarbier.  Genre: thriller. Préface de Jean Clottes, préhistorien.

Troisème opus des aventures de Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec, déjà rencontrés dans « L’échiquier du Temple » et « Le Testament Noir » (City éditions et City poche).

Ouvrage disponible. Prix public: 17,90 euros. Publié en poche chez City le 27 juin 2018, prix 7,60 euros.

Résumé.

Un archéologue est retrouvé assassiné à Bordeaux, une lance plantée en plein coeur. Quelques semaines plus tôt, il avait mis au jour une incroyable grotte préhistorique prés de Lascaux, en Périgord. Cette découverte pourrait bien révolutionner toutes les connaissances sur l’histoire de l’humanité. Les peintures rupestres racontent, en effet, la destruction, il y a 11.000 ans, de la civilisation des Cro Magnon par un gigantesque réchauffement climatique. Un cataclysme qui aurait donné naissance aux légendes du déluge et de l’Atlantide. Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec, qui avaient participé à l’expédition archéologique, se lancent sur la piste du tueur. Leur malheureux camarade, franc-maçon comme eux, a laissé des indices dans les nombreux édifices maçonniques de la ville. Le meurtre aurai-il à voir avec le congrès international sur le réchauffement climatique qui se déroule à Bordeaux, tandis que des manifestations dirigées par le dynamique Lars Erikson, grand défenseur des baleines et autres causes écologiques agitent la cité girondine ? Le Suédois et les deux archéologues se sont rencontrés à Arcachon, où résident nos héros. Et peu à peu, les crimes s’accumulent. Un véritable « Da Vinci code » qui nous fait parcourir les rues mystérieuses de Bordeaux (où l’on découvrira le plus grand temple maçonnique du monde) et les eaux claires du bassin d’Arcachon qui dissimulent des crimes passés.

 

 

 

 

 

 

 

 

« Un roman haletant, une véritable épopée où l’on retrouve des thèmes d’actualité et qui se lit d’une traite » écrit Jean Clottes, préhistorien de notoriété mondiale, grand spécialiste du chamanisme, auteur, avec David Lewis-Williams de « Les chamanes de la préhistoire » (éditions Point) et qui a accepté de préfacer « La Vengeance de Gaïa ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait 1. Les quatre spéléologues progressaient avec difficulté dans un étroit couloir dont le sommet se perdait dans l’obscurité. L’humidité suintait le long des parois et, parfois, une véritable cascade venait les doucher, glaçant leurs corps. Ils avançaient lentement, encombrés par le lourd matériel qu’ils trimballaient dans leurs sacs….. Il ne leur fallut que dix interminables minutes pour franchir la zone inondée. Ils respiraient par petits coups, haletant à chaque pas. Marjolaine nageait à moitié, soutenue par Thierry. Ils sentaient leur coeur battre à tout rompre, à la limite de l’asphyxie et de l’évanouissement, toussant, crachant une eau froide qui semblait stagner là depuis la nuit des temps.

Plus jamais tu ne me feras faire ça! lança Pierre à son ami tandis qu’ils émergeaient à pied sec.

Le terrain remonte franchement, constata Marjolaine. Toujours dans la bonne direction.

Ils avançaient sur un sol régulier; tout leur paraissait confortable après la désagréable épreuve du tunnel. Un porche naturel , large et haut de deux mètres, s’ouvrait devant eux. Ils pénétrèrent dans une petite grotte presque circulaire et poussèrent ensemble un même cri.

Une ronde d’animaux peints se mit à danser devant leurs yeux.

 

 

 

 

 

 

 

Extrait 2. Au dessus de l’hémicycle qui fermait l’esplanade, la Liberté triomphante , coiffée du laurier et de l’olivier, surmontait la colonne des Girondins, avec, à sa droite, le bassin de la République symbolisant les principes d’Egalité et, à sa gauche, la fontaine de la Concorde représentant la Fraternité. Au milieu du monument, un coq criait : Vigilance et Persévérance. Sur le coté droit de la place, en regardant le fleuve, Montaigne, l’auteur des Essais, figé dans la pierre, occupait la place du secrétaire. Face à lui, Montesquieu, l’auteur de L’Esprit des Lois, siégeait comme orateur. Tout en bas, prés de la Garonne, entre les colonnes Jakin et Boaz du temple de Salomon frappées du pentagramme, les marches de l’escalier avaient vu l’assassinat de Daniel, le meurtre du parjure. Pierre comprit qu’il se trouvait au-dessus du plus grand temple maçonnique du monde.

 

 

 

 

 

 

 

Si « La Vengeance de Gaïa » est un roman, les hypothèses avancées en matière préhistorique sont vraies ou vraisemblables. Il y a 11.000 ans, la grande civilisations des peintres préhistoriques, qui avaient régné de manière stable, de l’Oural à l’Atlantique, pendant 25.000 ans, disparut brutalement du fait d’un gigantesque réchauffement climatique. Les glaciers, en fondant, provoquèrent une montée de eaux de 100 mètres, noyant bien des villages. Les arbres se mirent à pousser. Les animaux de terres froides (rennes, mammouths) délaissèrent le sud pour gagner la Sibérie et la Scandinavie, suivis par une partie des hommes. ceux qui restèrent durent s’adapter. Les peintures disparurent, ce qui indique un changement de religion; les premiers massacres collectifs apparurent. On peut supposer que cette catastrophe donna naissance au mythe du déluge universel, et à celui de l’Atlantide. Curieusement, dans le Critias, Platon donne la date exacte de la catastrophe. La visite du Bordeaux maçonnique est également réelle. Au XVIIIe siècle, Bordeaux rivalise avec Paris et crypte ses monuments (Grand Théâtre, place des Quinconces) de symboles maçonniques. L’engloutissement des blockhaus allemands sous les eaux du bassin d’Arcachon n’est pas une légende……Le recul de la ligne de côte s’ajoute au réchauffement climatique pour préparer un nouveau déluge.

 

 

 

Comments are closed.