MENU

by • 4 janvier 2024 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 5 janvier 2024.144

Essor Sarladais du 5 janvier 2024.

Marivaudages en Quercy.

Le Tour des Livres.

   Pour son nouveau roman, « Par un étrange été à Marteline », paru chez Calmann-Lévy, Jean-Paul Malaval nous propose un agréable et surprenant marivaudage, entre « Les jeux de l’amour et du hasard » et « Les liaisons dangereuses ». Simon Rochelin se rend dans le Lot, près de Marteline (lire Martel) où sa fille a tragiquement trouvé la mort un an auparavant. Très vite, il doute de l’accident : Margaux n’aurait-elle pas été poussée du haut de cette falaise sur la Dordogne ? Il charge un ami policier de mener une enquête et soupçonne en particulier Marceau Bazillac, fils unique d’un riche propriétaire, qui mène une vie de patachon. L’intrigue est surtout un prétexte pour nous faire rencontrer des personnages atypiques qui, pour la plupart, ne vivent en Quercy que le temps des vacances : Paul Bazillac, autoritaire et méprisant, qui voudrait bien bazarder le haras de son fils, Françoise, son épouse délaissée et encore désirable, Simon Rochelin, un Parisien qui soupçonne tous les culs-terreux du coin, Thérèse, une ancienne théâtreuse qui héberge une troupe de jeunes comédiens, Juliette, la vieille bigote dévorée par la curiosité. La vie n’est-elle pas une pièce de théâtre ?

Yves Viollier s’inspire de la vie bien réelle du résistant et déporté Pierre Mauger pour écrire son roman « A quoi pensent les saumons ? » paru aux Presses de la Cité. Soixante-cinq ans après être rentré de déportation, Simon décide de revenir à Mauthausen. Son épouse Claude l’accompagne dans ce douloureux voyage, rendu encore plus difficile par l’âge. Il ne lui a jamais raconté le camp ; il veut profiter du voyage pour le faire. Le récit émouvant alterne entre les souvenirs de l’ancien agent de liaison du colonel Rémy, ceux du camp et de ses horreurs, et la rencontre, sur les bords du Danube, avec les habitants d’aujourd’hui, autour d’un Mauthausen devenu site touristique. Que savent-ils de l’horreur ? Un roman qui a la force d’un témoignage.

La science vient au secours de la vérité pour révéler ce qui est arrivé en 1955, dans le « village maudit » de Junas, en Ardèche, dont tous les habitants ont péri. Jeune chimiste, Mathilde veut savoir ce qui est arrivé à son père, disparu l’année de sa naissance. D’autant plus qu’un jeune homme, le jour des obsèques de sa grand-mère,  lui a donné un médaillon contenant la photo de son père et d’une jeune femme inconnue. Telle est l’intrigue du roman de Florence Roche, paru aux Presses de la Cité, intitulé « Les Recapés de Junas ».

Chez le même éditeur, Frédérique-Sophie Braize nous propose « L’Amour aux trousses ». Comme beaucoup de ses compatriotes savoyardes, Vitaline s’est vue proposer une place de gouvernante dans une famille noble de Moscou. Mais la révolution bolchévique va la jeter en prison, puis la rapatrier dans un wagon à bestiaux. Dans la France des Années Folles, elle cherche à retrouver Hugo, le frère de son amie Flore, restée captive en U.R.S.S.

                                                                       Jean-Luc  Aubarbier.

Comments are closed.