MENU

by • 3 août 2017 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 3 août 2017.1052

ESSOR SARLADAIS du 3 août 2017.

 

 

 

LE RETOUR DE BERNIE GUNTHER.

Le Tour des Livres.

 

L’Ecossais Philip Kerr avait délaissé son héros Bernie Gunther, policier antinazi recruté par la Gestapo, pour écrire des thrillers sur le football. Il nous revient, plus passionnant que jamais, avec « Les pièges de l’exil », aux éditions du Seuil. En 1956, sur la Côte d’Azur, Bernie Gunther, caché sous une fausse identité pour faire oublier son passé, travaille comme portier (de jour) dans un hôtel. La pratique du bridge le lie d’amitié avec l’écrivain britannique Somerset Maugham qui lui révèle être victime d’un maître-chanteur. Le policier s’éveille en lui et il ne tarde pas à découvrir l’identité du délinquant : Hennig, un ancien nazi. Tout se complique car l’homme détient des photos compromettantes de l’illustre écrivain en compagnie d’espions soviétiques de la « bande de Cambridge ». Les services secrets aussi impitoyables, quel que soit leur camp, pullulent autour de Bernie et sa vie est réellement en danger. Un thriller éblouissant et littéraire sur fond de Saint-Jean-Cap-Ferrat transformé en nid d’espions.

Franck Thillez a l’habitude des thrillers médicaux, mais, avec « Sharko », paru chez Fleuve Noir, il se surpasse. On pourrait dire que c’est une histoire de vampires, mais rien à voir avec Dracula. D’ailleurs ils se nomment les vampyres. Pourtant cette secte sataniste qui vide ses victimes de leur sang pour le boire jusqu’à la dernière goutte est encore plus effrayante que les pires films d’horreur. Lorsque Lucy, la compagne de Sharko (ils forment un couple de flics) pénètre illégalement au domicile d’un certain Ramirez, soupçonné d’avoir enlevé une jeune femme et  se voit obligé de l’abattre, l’enquête va se trouver faussée. Pour éviter à Lucy les désagréments d’une sanction, Sharko maquille la scène et se charge de l’enquête. Dès lors, il s’agit à la fois de trouver et de ne pas trouver la vérité. Mais les victimes des fétichistes du sang s’accumulent. « Sharko » doit être adapté à la télévision, pour notre plus grand plaisir.

Un premier thriller, nordique de surcroit, et une réussite. Paru au Cherche-Midi « La femme secrète », de la danoise Anna Ekberg, nous plonge dans l’improbable. Louise vit paisiblement et modestement aux côtés de Joachim, un écrivain, sur une petite île. Un jour, Edmund la croise et reconnait en elle sa femme, Hélène, disparut depuis trois ans. La riche et puissante industrielle était partie en randonnée, mais seul son cheval était revenu. Elle retrouve ses trois enfants et une vie dont elle n’a aucun souvenir. Mais est-elle vraiment Hélène ? Joachim, désespéré d’avoir perdu celle qu’il aime, mène son enquête, mais on fait tout pour le dissuader d’approcher la vérité. De son coté, Louise mène ses propres recherches sur un passé…. qui lui réserve bien des surprises.

Roman historique ou thriller du passé ? Dans « Le piège de verre » d’Eric Fouassier, paru chez Jean-Claude Lattès, en 1503, trois alchimistes sont retrouvés assassinés dans l’entourage d’Anne de Bretagne. La reine lance sur la piste deux enquêteurs : le baron de Comballec, un rude soldat, et Héloïse Sanglar, une séduisante apothicaire. Des parchemins mystérieux les mènent dans un étrange circuit sur divers endroits du royaume où l’occulte règne.

Hemingway est à la mode, au point que deux romans lui sont consacrés. Chez Gallimard, Gérard Guégan raconte la brouille, puis la réconciliation entre deux géants de l’écriture dans « Hemingway, Hammet, dernière ». Il n’est jamais facile à deux esprits forts de bien s’entendre. Mais Hemingway et Hammet y seront contraints par leur ennemi commun, Edgar Hoover, le chef du FBI qui les traquent en tant que ‘communistes’. Communiste, Hemingway ? Il pourrait en rire, il préfère rugir comme un lion blessé. C’est aux épouses d’Hemingway que s’intéresse Naomi Wood dans « Mrs Hemingway » paru chez Quai Voltaire. Le roman nous entraine du Paris de l’ère du jazz au Cuba de l’après-guerre, en passant par la Floride des années 30. Il n’était pas toujours facile d’être l’épouse ou la maitresse du grand Hemingway.

 

JEAN-LUC  AUBARBIER.

Comments are closed.