MENU

by • 29 janvier 2016 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 29 janvier 2016.910

ESSOR SARLADAIS du 29 janvier 2016.

couv ce pays qui te ressemble

 

 

 

 

 

 

 

 

CE PAYS QUI TE RESSEMBLE.

Le Tour des Livres.

 

Favori des prix littéraire, Tobie Nathan est reparti bredouille. Pourtant « Ce pays qui te ressemble », publié chez Stock, est un bel exercice de nostalgie littéraire. Le roman évoque la vie des Juifs du Caire, entre 1925 et 1952, à travers l’existence d’un couple étrange. Zohar, le narrateur, raconte la jeunesse de sa mère, Esther, une charmante et difficile jeune femme qui finira par accepter pour époux Motty, un homme pauvre et aveugle. Dans ce ghetto, Juifs et Musulmans vivent en bonne entente et Zohar aura pour nourrice, Jinane, une danseuse arabe. L’univers est baroque, magique, empli de superstitions (on croirait parfois se trouver dans un roman de Gabriel Garcia Marquez) ; « Ce pays qui te ressemble » est un conte oriental. Mais l’Egypte va traverser les affres de l’histoire : guerre mondiale puis décolonisation. Une des plus anciennes populations juives de l’Histoire va être chassée de sa terre natale par l’arrivée au pouvoir du colonel Nasser.

C’est une autre terre de légende, le Pays Basque, que nous fait découvrir Eugène Green dans son roman « L’Inconstance des démons », publié chez Robert Laffont. Médecin d’origine basque, Nikolau s’installe à Saint-Jean-de-Luz. Lorsque leur fils disparait mystérieusement, son épouse meurt de chagrin. Nikolau renonce à la médecine pour se consacrer à sa passion des livres anciens. Un jour, il reçoit la visite d’une mère inquiète pour son jeune fils. L’adolescent, au cours de crises terribles, s’exprime dans un basque archaïque et plusieurs personnages parlent à travers son corps. Nikolau va découvrir que le jeune homme revit la chasse aux sorcières dont a été victime la région au début du XVIIe siècle. Un polar métaphysique, une réflexion sur le Mal et un exercice de style sur l’euskara, la langue basque.

Au Cherche-Midi, l’Américain Steve Berry, grand maître du thriller ésotérique, nous propose « Le Complot Malone ». Un employé du Trésor américain a dérobé de mystérieux documents relatifs à un secret d’état qui, s’il était révélé, pourrait changer la face du monde. Sollicité pour les récupérer, Cotton Malone entreprend un voyage à travers la planète qui le conduira de Venise aux montagnes de Croatie. Mais c’est à travers les signes ésotériques cachés dans les symboles les plus connus de l’Amérique qu’il découvrira le sens caché des choses.

Chez Fayard, Christophe Desmurger publie « L’Assassinat de Gilles Marzotti ». Raoul est un homme qui brûle de talent et d’énergie, jamais à cours d’idée. Il n’a qu’un seul défaut : il dépense toujours plus qu’il ne gagne. Dettes, crédits, découverts, pénalités de retard lui pourrissent la vie. Il finit par être totalement obsédé par l’image de Gilles Marzotti, son banquier, celui de qui il dépend pour tout. Qui n’a jamais rêvé d’assassiner son banquier ?

Les éditions Folio rééditent le best-seller de Gilles Kepel « Passion arabe ». Le volume est suivi de deux textes « Passion en Kabylie » et « Paysage avant la bataille. » Spécialiste du djihadisme et des dérives islamistes, Gilles Kepel dit aussi tout l’amour qu’il éprouve pour la culture et le monde arabe. Parcourant les différents pays, il cherche à comprendre ce qu’est devenu l’espoir du printemps arabe, aujourd’hui dissous dans la violence. Une analyse efficace sur le sujet qui brûle notre actualité.

 

JEAN-LUC  AUBARBIER.

Comments are closed.