MENU

by • 28 août 2014 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 29 août 2014.1763

ESSOR SARLADAIS du 29 août 2014.

couv schroder

QUI EST ERIK SCHRODER ?

Le Tour des Livres.

 

« Schroder », le premier roman de l’Américaine Amity Gaige, traduit par Belfond, a connu, dés sa parution, un succès fulgurant. C’est la confession d’un père emprisonné pour avoir mis en danger la vie de sa fille. Il cache dans son passé un mensonge primordial : immigré d’Allemagne de l’Est, il a dissimulé son véritable nom : Erik Schröder, derrière un Eric Kennedy, lointain cousin irlandais du président assassiné. Par ce biais, il a pu faire des études, rencontrer et épouser Laura. Schroder est un homme doux, un peu rêveur. La crise économique le laisse sur la paille et la demande de divorce de Laura, qu’il aime toujours, le déstabilise. La bataille juridique pour la garde de leur fille Meadow achève de l’user, une lutte âpre où il découvre une Laura impitoyable. Alors, presque sans le vouloir, terrassé par ce ‘mensonge initial’ qui compte tant pour la justice américaine, il enlève Meadow et l’entraine dans un ‘road movie’ en direction du Canada. Mais Schroder n’a rien d’un dur à cuire, et le drame n’est pas loin.

Au Cherche-Midi, le Britannique Simon Mawer nous livre un beau roman sur la Résistance avec « La fille qui tombe du ciel ». Marianne Sutro a quitté la Suisse pour se réfugier en Grande-Bretagne assiégée par Hitler. Son bilinguisme en fait une candidate idéale pour le S.O.E. du colonel Buckmaster, qui envoie des agents en France, auprès de la Résistance (un tiers des femmes ainsi envoyées seront tuées). Après un entrainement à la dure dans le froid de l’Ecosse, elle est parachutée en compagnie d’un Français, Benoit, devenu son amant. Elle doit retrouver à Paris son premier amour, Clément, qui travaillait sur l’énergie atomique, et le convaincre de gagner Londres. Un roman passionnant, à l’écriture minutieuse.

Il est aussi question de Résistance dans « Fräulein France » le roman de Romain Sardou publié chez XO. Dans Paris occupé par les Allemands, une prostituée d’une beauté éclatante a fait son apparition dans les ‘maisons’ à la mode. France ne se vend qu’à des officiers supérieurs, affiche son souhait d’une victoire allemande. Lorsque l’aviateur Rohm est assassiné par une femme, les soupçons se portent sur elle. Ne serait-elle pas cette adolescente qui a vu ses parents massacrés en 1940, par Rohm et son complice Grimm ?

Nous restons à la même époque avec « Guido », de Guy Scarpetta, publié chez Gallimard. Antifasciste italien réfugié en France, Guido a rejoint la Résistance après la défaite de son pays d’adoption. Arrêté, il est déporté dans l’un des derniers convois en partance pour l’Allemagne, ce ‘train fantôme’ qui a mis des semaines pour atteindre Dachau. Guido n’est jamais revenu de ce voyage. Le narrateur, son petit-fils, s’efforce de reconstituer les derniers mois de sa vie. Un bel ouvrage sur la nécessité, pour ceux qui ne l’ont pas connu, de reconstituer un passé tragique, même par la fiction, et sur ces blessures d’absence et de vide qui peuvent se transmettre de génération en génération.

Quand une chevauchée de femmes dans l’Ouest américain prend des proportions épiques. Ainsi pourrait-on résumer le très beau roman de Sylvie Brunel, « Un escalier vers le paradis », publié chez Jean-Claude Lattès. Dix cavaliers, 7 femmes et 3 hommes, ont décidé de franchir à cheval ‘le grand escalier’, un passage montagneux dans les Rocheuses. Confrontés, en plein pays mormons, aux légendes indiennes et aux grands mythes du Western, ils en reviendront profondément transformés. Une aventure qui est aussi la quête initiatique de soi-même.

Chez Grasset, Véronique Cohu nous propose son premier roman « Rêvez … je ferai le reste ». Pâtissière à Illiers-Combray, Adèle Leduc pratique l’art du tarot divinatoire. Elle soumet à une psychanalyse ses rêves prémonitoires. Devenue insomniaque, elle se lance dans un ‘road movie’ chargé d’histoire pour retrouver son aptitude à rêver. Son parcours lui réserve bien des aventures.

 

JEAN-LUC AUBARBIER.

 

Comments are closed.