MENU

by • 28 mai 2015 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 28 MAI 20151541

ESSOR SARLADAIS du 28 MAI 2015

couv quinquennat

 

LE QUINQUENNAT DE MARC DUGAIN.

Le Tour des Livres.

 

Marc Dugain s’est fait une spécialité d’étudier les sombres cotés de la politique, le moment où le pouvoir, qu’il soit démocratique ou pas, décide d’espionner ceux qu’il dirige, de manipuler les opinions. Après les Etats-Unis d’Hoover et l’URSS de Staline, il poursuit son exploration d’une France aux multiples facettes avec « Quinquennat », deuxième volet de la trilogie de « l’Emprise », chez Gallimard. Launay, favori pour l’élection présidentielle, a passé un pacte avec Lubiak, son plus farouche adversaire. Mais il reste un jouet entre les mains de Volone, le puissant PDG dont les inépuisables finances font et défont les rois. En sacrifiant tout pour sa réussite, Launay s’est fait deux ennemies : Faustine, sa femme, qui joue les aveugles pour faire éclater le scandale de sa vie libertine, et Viviane, sa fille. Avec un style sec et précis, Marc Dugain nous livre un anti-Houellebecq : son univers politique est musclé et impitoyable.

Autre néo-Périgourdine, Fred Vargas nous entraine dans son monde étrange avec « Temps glaciaires » chez Flammarion. Avant d’être retrouvée dans sa baignoire, les veines ouvertes, Alice Gauthier a posté une lettre portant un signe mystérieux. Henri Desfauré, le destinataire, meurt en recevant la missive. L’inspecteur Adamsberg et son équipe vont devoir suivre deux pistes que rien ne parait rassembler. Le signe tracé, une guillotine stylisée, indique une vengeance liée à la Révolution française ; Robespierre aurait-il eu un fils caché ? Les victimes ont toutes participé à un voyage en Islande au cours duquel deux membres de l’expédition perdue dans les glaces, ont disparu. L’abominable vérité n’apparaitra qu’à la fin.

Chez Calmann-Lévy, le Briviste Jean-Paul Malaval situe à Gaillac, dans le Tarn, au lendemain de la Grande Guerre, son roman « La bastide aux chagrins ». En rentrant du front, Stéphane Frontignac découvre qu’Armand, son frère cadet, à épouser Elvire, sa fiancée. Tout le monde a fermé les yeux sur cette trahison, pariant que Stéphane ne reviendrait pas vivant des tranchées. La belle Elvire n’a pas oublié son premier amour et c’est un ménage à trois, empli de haine, qui s’installe sur la propriété viticole.

C’est un polar venu de Namibie que nous propose Bernhard Jaumann avec « De roche et de sable » publié au Masque. Par une froide nuit d’hiver, Elsa Rodenstein veille, un fusil à la main pour éloigner les chacals, le cadavre de son mari. L’inspectrice Clemencia Garises pense à un crime de rodeur, mais le fils de la famille a disparu. A-t-il été enlevé par la tribu tsosi ? S’agit-il d’une vengeance ethnique ? Une enquête dans les bidonvilles de la capitale va révéler les dessous d’une sordide affaire d’intérêts. Mais Clemencia hésite à faire éclater la vérité, car son propre frère est impliqué.

Jean-Luc Hennig consacre à Montaigne et La Boétie son ouvrage « De l’extrême amitié », paru chez Gallimard. Il tente de trouver la nature homosexuelle des deux hommes, dans les textes et les témoignages de leurs vies. L’hypothèse reste de pure forme (Montaigne mena une vie de coureur de jupons avant et après sa rencontre avec La Boétie). Mais elle nous permet de parcourir les œuvres des deux philosophes, le « Discours sur la servitude volontaire » et les poèmes d’Etienne, et les  extraits des « Essais » consacrés au nom, au secret, à la mort, à la folie et au corps.

Pour rester dans le domaine historique, nous conseillons la lecture de l’ouvrage de Philippe Artières, paru chez Verticales « Rêves d’histoire ». L’auteur nous propose une trentaine de textes courts qui nous livrent des idées à l’état brute, des pistes incongrues, des ébauches d’enquête, issues de la lecture d’une source, une archive soudain remarquée. Un lien se noue entre l’histoire rationnelle et la création romanesque.

 

JEAN-LUC  AUBARBIER.

Comments are closed.