MENU

by • 24 juin 2021 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 25 juin 2021.240

Essor Sarladais du 25 juin 2021.

COMPLOTS HISTORIQUES.

Le Tour des Livres.

  Auteur d’un fabuleux cycle historique autour d’un personnage, le troubadour Guilhem d’Ussel, Jean d’Aillon nous propose une nouvelle aventure avec « Cordoue 1211 », publié chez Robert Laffont. Nous visitons l’Europe médiévale, de l’Angleterre de Jean-sans-terre, à la Castille musulmane. Le roi d’Angleterre, excommunié, se fait livrer en otage Matilda, femme et fille de ses ennemis et prépare sa vengeance. Le comte de Hutington, plus connu sous le nom de Robin des bois, aidé par notre troubadour, doit se rendre auprès du sultan de Cordoue, Al-Nasir, pour s’opposer à l’infamie. Car le mal-aimé Jean a osé proposer une alliance aux musulmans et aux hérétiques cathares de Toulouse, contre le pape Innocent III. Les deux héros se retrouvent en plein milieu de la Reconquista. Une excellente mise en scène de personnages réels, mêlés à des héros imaginaires, rédigé dans un style précis et bien documenté. 

Les comiques d’aujourd’hui qui hantent les plateaux télévisés, sont les héritiers des bouffons d’autrefois. C’est ce que nous montre Guillaume Meurice avec « Le roi n’avait pas ri », paru chez Jean-Claude Lattès. Au service de Louis XII et de François I°, Triboulet est le plus connu de tous. Difforme, bossu, vêtu d’un habit jaune et vert et d’un bonnet à grelot, il se permettait de régner sur l’esprit de la cour grâce à son insolence. Il pouvait se moquer des courtisans, tant que le roi l’appréciait. Mais un jour, François I° ne rit pas. Condamné à choisir comment il allait périr, il choisit de mourir de vieillesse. Un personnage rabelaisien idéalement présenté.

Gilbert Bordes a placé son roman « La prisonnière du roi », publié aux Presses de la Cité, en 1193, quelques années avant celui de Jean d’Aillon. Le lendemain de ses noces avec le roi de France Philippe Auguste, la belle princesse danoise Ingeburge est répudiée par son époux. Nul ne sait ce qui s’est passé. Sept ans plus tard, le souverain décide, contre l’avis du pape, d’épouser Agnès de Méranie. Le royaume tout entier est frappé d’interdit. Pendant ce temps, Ingeburge vit un amour secret avec le troubadour Guilhem de Ventadour (décidément, ces chanteurs corréziens sont intenables). Mais la belle ne peut se décider à renoncer à sa couronne.

C’est à la cour de Louis XV que nous conduit Camille Pascal avec « La chambre des dupes » paru chez Plon. Le roi vit des amours passionnées avec la duchesse de Châteauroux. Pire, la belle le manipule jusqu’à mettre en danger le pays. Lorsque le roi part à la guerre, d’implacables cabales se montent contre la favorite.

                                                                         Jean-Luc  Aubarbier.

Comments are closed.