MENU

by • 18 mars 2016 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 18 mars 2016.1482

ESSOR SARLADAIS du 18 mars 2016.

 

couv le gardien de nos frères

 

couv ahlam

 

 

 

 

 

 

 

 

LE GARDIEN DE NOS FRERES.

Le Tour des Livres.

 

C’est un épisode tragiquement méconnu de la 2eme guerre mondiale que nous invite à découvrir Ariane Bois avec « Le Gardien de nos frères », publié chez Belfond. Simon Mandel est entré dans la Résistance à 16 ans. Membre d’une association de scouts israélites (autorisée par Vichy) qui dissimule un maquis du Tarn, il est blessé lors de la libération de Castres. Quand il sort de l’hôpital, il constate que toute sa famille a été anéantie (parents déportés, frère et sœur tués à la guerre). Son plus jeune frère, Elie, placé dans une famille toulousaine, a disparu. Simon va consacrer sa vie à rechercher ces enfants juifs qui ont tout perdu. Certains sont maltraités par des paysans brutaux, d’autres ont été convertis au catholicisme. Aidé par Léna, rescapée du ghetto de Varsovie, il s’emploie à rendre aux jeunes Juifs leur culture. Mais vaut-il mieux les envoyer dans la fournaise guerrière de la création du jeune état d’Israël ou les laisser dans des familles souvent aimantes et qui ne veulent que leur bien ? Simon finira-t-il par retrouver Elie, et dans quelle situation ?

Publié chez Jean-Claude Lattès, « Ahlam » est le premier roman d’un homme célèbre : le juge Marc Trévidic, grande figure de la lutte contre le terrorisme islamique. Peintre renommé, Paul Arezzo s’installe en Tunisie, sur une ile de l’archipel des Kerkennah. Il se lie d’amitié avec Farhat, un pêcheur dont l’épouse, Nora, décède brutalement. Paul prend en charge l’éducation des deux enfants. Issam, le garçon, se révèle doué pour la musique, et Ahlam, sa sœur, excelle dans la peinture. Mais après l’espoir du printemps arabe, les islamistes prennent le pouvoir et répandent leur poison. Issam rejette son don et toute forme d’art et veut imposer la soumission à sa sœur qui se révolte. Paul et Ahlam vont tenter de créer, contre Issam et les tenants de l’obscurantisme, une œuvre d’art unique.

Chez Robert Laffont, Emmanuelle Terff nous propose un roman ‘facebook’ à l’écriture très originale, intitulé « La plage des baleines ». Pour respecter les dernières volontés de son amie Garance, surnommée Gaïa, Alice doit disperser ses cendres dans quatre lieux différents qui ont marqué sa vie. Mais en fait, Alice ne connait Garance que sur le net ; qui est-elle vraiment ? « La toile n’est pas la vie, tu devrais te méfier » lui dit sa fille. Alice va parcourir le monde, des Etats-Unis à Paris, de Grèce jusqu’à un banc de pierre qui, étrangement, fait partie de sa vie à elle. Car Garance se révèle une étrange libertaire, persuadée qu’une révolution est en marche. « Partout où Gaïa passait, le monde titubait » constate-t-elle. Mais jusqu’où a-t-elle pu manipuler le réel ?

Chez Calmann-Lévy, Bernard Simonay publie « Meurtres d’outre-tombe ». Un squelette est découvert au fond d’une caverne de Parçay, petit village de la vallée du Cher. Il s’agit d’un touriste argentin disparu dix ans plus tôt. Trois mois plus tard, une lettre anonyme accuse une vielle femme d’avoir injustement fait condamner à mort, à la Libération,  une certaine Lise Levasseur. Or cette dernière a eu un fils avec un officier allemand. Une série de meurtres barbares ravage alors la région. Le commissaire Moreno a fort à faire pour démêler l’intrigue. Il fait appel à son amie Karine, romancière de son état.

Les éditions Belfond viennent de traduire les deux premiers romans du Japonais Haruki Murakami (réunis en un seul volume) « Ecoute le chant du vent » suivi de « Flipper, 1973 ». Tous les soirs, un jeune homme se rend dans un bar miteux où il refait le monde, devant une assiette de frites, en compagnie de son ami, surnommé Le Rat. Ils philosophent ainsi inutilement, jusqu’au jour où surgit une femme mystérieuse et attirante, qui n’a que quatre doigts. Dans le second roman, nous retrouvons le même narrateur qui ressasse le souvenir d’une amie qui s’est suicidée.

 

JEAN-LUC  AUBARBIER.

 

Comments are closed.