MENU

by • 13 mars 2014 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 14 mars 2014.1533

Essor Sarladais du 14 mars 2014.

couv mon nom est dieu pia petersen

Le Tour des Livres du 14 mars 2014.

ROMANS ET SPIRITUALITE.

Le Tour des Livres.

 

Drôle de rencontre que nous propose Pia Petersen dans son roman « Mon nom est Dieu », paru chez Plon. Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane croise la route d’un SDF qui prétend être Dieu et qui lui demande de rédiger sa biographie. Il l’a choisi comme Iahvé désigne ses prophètes. Séduite bien que sceptique, elle se pique au jeu. Mais qui est-il, celui qui se prétend Dieu, et qui montre un caractère bougon et désagréable ? En fait, le vieux Jehova de la Bible est aussi coléreux que lui (tout autant que Jupiter, Zeus ou Neptune). Peut-être n’est-il qu’un SDF dépressif et bipolaire qui a trop travaillé comme Père Noël ! Ce Dieu humain, trop humain, est néanmoins pris au sérieux par Jansen, le fondateur d’une nouvelle Eglise aux allures de secte. Une fable philosophique qui traite avec légèreté d’un sujet important. Après tout, Spinoza n’écrivit-il pas son « Ethique » ‘du point de vue de Dieu’ ?

Chez Robert Laffont, Michel-Marie Zanotti-Sorkine nous livre un premier roman, « Le Passeur de Dieu », qui traite à la fois de l’amour spirituel et de l’amour temporel. Fuyant la vie parisienne, ses vanités et sa superficialité, Xavier décide de passer quelques jours dans un ermitage de montagne. La cure de silence, les discussions rares mais positives avec les moines, la chaleur d’un vrai contact, lui rendent le goût de la vie. A la fin de sa retraite, il regagne Paris et rencontre une jeune femme. L’amour sourit toujours à celui qui est prêt à le recevoir avec un cœur pur. Après une carrière d’artiste, Michel-Marie Zanotti-Sorkine a été ordonné prêtre.

C’est une autre expérience spirituelle que nous propose Dominique Marchal dans son livre-témoignage « L’Envol du silence », paru chez NIL. Journaliste, alpiniste, pilote, elle a connu mille aventures. Avec son avion, elle ravitailla la guérilla au Biafra. Mariée trois fois, elle a eu deux enfants. Un jour, au sommet de l’Everest, elle reçoit comme un message de sagesse. En 2008, elle devient nonne bouddhiste et rencontre le Dalaï Lama. Elle réside depuis à Katmandou.

Aux Presses de la Cité, Martine Alix nous offre un joli roman « La Recluse du Destel ». La vie souriait à Marie, jeune femme cultivée de la bourgeoisie marseillaise. Un homme qui l’aimait, un enfant, une vie libre en ce siècle des Lumières. Mais il suffit d’une faute pour qu’elle fuie cette richesse, cette existence facile, pour courir se cacher dans la montagne. En cet hiver glacial de 1734, elle trouve refuge dans une grotte du village d’Evenos où elle vivra désormais en ermite, se nourrissant d’herbes et de racines. On ne la verra plus qu’agenouillée le dimanche, devant l’église, pour mendier une maigre aumône. Ce roman est inspiré de l’histoire vraie de Marie Laugier.

Chez le même éditeur, Gilles Laporte nous propose un parcours de spiritualité laïque avec « La Clé aux âmes ». Elevé dans le culte des valeurs républicaines, par devoir de mémoire envers son père mort pendant la Grande Guerre, Paul défendra toute sa vie les valeurs laïques qu’il s’efforce de transmettre à ses élèves et à son fils. Engagé dans la vie, il le sera tout autant dans la Résistance. Sa démarche spirituelle et sociale à la fois, il l’entreprend au sein de la franc-maçonnerie, où il apprend la tolérance et la pensée non-dogmatique.

Spécialiste des thrillers ésotériques, l’Américain Glenn Cooper a rédigé pour notre plaisir « Le Livre des Prophéties », publié au Cherche-Midi. Depuis cinq siècles, de mystérieux scribes se livrent à leur activité d’écriture dans les catacombes d’un monastère de l’ile de Wight. Tous trouvent la mort en cette terrible année 1297. De nos jours, Will Piper, le héros récurrent de Cooper, découvre que les manuscrits des moines ont été conservés dans une base secrète du Nevada. Ils annoncent la fin des temps pour le 9 février 2027.

 

                                                                   JEAN-LUC  AUBARBIER.

Comments are closed.