MENU

by • 13 juillet 2023 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 14 juillet 2023.292

Essor Sarladais du 14 juillet 2023.

MEMOIRE DE NAGEUR.

Le Tour des Livres.

  Pierre Assouline nous enchante depuis longtemps avec ses romans et ses biographies. Avec « Le Nageur », publié chez Gallimard, c’est un récit tragique qu’il nous livre, le destin incroyable d’un des plus grands nageurs français. Alfred Nakkache, né en Algérie, dans la communauté israélite de Constantine, s’est illustré aux jeux olympiques de Berlin, en 1936. Pour un sportif juif, jugé indésirable, ce n’était pas gagné. Il participera encore aux Olympiades de Londres, en 1948. Entre les deux, il a été déporté à Auschwitz, avec sa femme et sa fille. Lui seul est revenu. Ce compétiteur hors pair n’a du sa survie qu’à son exceptionnelle condition physique. Mais il connait le prix de la compétition. Celui qui l’a dénoncé, Jacques Cartonnet, était son principal rival dans l’équipe de France. Aussitôt la défaite consommée, Cartonnet a rallié la Collaboration, puis la Milice. En 1945, il a disparu, on ne l’a jamais retrouvé. Nakkache, lui, a choisi la Résistance, à Toulouse. C’est donc à double titre qu’il a été déporté. A la fin de sa vie, il nageait encore une heure par jour. Il finira par se noyer à Cerbère, à 67 ans, en 1983.

Hymne à la nature, fascinante, mais écrasante et indifférente aux destinées humaines, tel est le thème du beau roman de Sandrine Colette, paru chez Jean-Claude Lattès et intitulé « On était des loups ». Dans un pays qui ressemble au Grand Nord canadien, Liam, chasseur de fourrure, a choisi de vivre loin de tout, avec sa femme, Ava et son fils de cinq ans, Aru. L’enfant, il n’en voulait pas, trop dangereux. En rentrant chez lui, il découvre Ava, tuée par un ours, et Aru, caché sous le corps de sa mère. Sa première idée est d’aller confier le petit à des parents, qui vont refuser de le prendre. Le père et son fils entreprennent un long périple à cheval, au cours duquel ils vont s’apprivoiser, apprendre à se connaitre. Liam doute de pouvoir assumer une vie, seul avec cet enfant. Les épreuves les souderont.

Quand les contes de fées infusent le réel, tel est le thème du roman de Chris Vuklisevik, empli d’un réalisme magique, intitulé « Du Thé pour les Fantômes », publié chez Denoël. Dans le haut pays provençal, deux sœurs cohabitent : Agonie est sorcière, et Félicité, passeuse de fantômes. La mort brutale de leur mère, qui a aimé l’une et repoussé l’autre, les réunit. « Quand on est vivant, on occupe la place que les morts ont laissé. C’est la règle. » Mais il faut tout d’abord retrouver le fantôme de la mère. Une quête des ruelles de Nice à la vallée des Merveilles, d’Almeria à la haute Provence.

Chez le même éditeur, l’ile de Terre-Neuve (où elle est née), au Canada, est le cadre du roman choral de Megan Gail Coles « Partie de chasse entre lâches ». Quand une tempête se lève sur l’ile, ce n’est pas rien. Enfermés dans le café Hazel, un groupe de jeunes gens se retrouvent en proie à un terrible stress … et pas seulement à cause du vent. Iris, Damian, Olive sont dévorés de l’intérieur par leurs problèmes personnels ; tous sont prêts à exploser.

                                                                 Jean-Luc  Aubarbier.

Comments are closed.