MENU

by • 5 juillet 2015 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur ESSOR SARLADAIS du 3 juillet 2015.2037

ESSOR SARLADAIS du 3 juillet 2015.

couv la dame de la villa saphir

CORINNE JAVELAUD, LA DAME DE LA VILLA SAPHIR.

Le Tour des Livres.

 

Après « La demoiselle du Mas du Roule » qui se déroulait entre Périgord et Limousin, Corinne Javelaud a choisi de situer son nouveau roman « La dame de la villa Saphir »,  (City éditions) entre Cognac et Royan, dans le cadre des Années Folles. Jeune veuve, Anaïs mène une vie légère et futile dans la société aisée de la station balnéaire de Royan. Son mari ayant été tué lors d’un bombardement, elle a pris pour amant une ancienne relation de François, le peintre américain James Ingram. Dans la villa Saphir dont elle a héritée, elle héberge son neveu, Maxence, blessé de guerre et follement épris de sa ravissante tante. Le père d’Anaïs qui élevait un cognac de haute qualité, s’est suicidé quand ses affaires ont mal tournées. Peu à peu, des questions viennent tarauder l’esprit de la jeune femme. Qui est vraiment James ? Comment est mort son mari ? Qui a fait sombrer le commerce de son père. C’est aux Etats-Unis, pays de la prohibition, qu’elle va trouver les réponses. Une belle description de cette période insouciante de l’après-guerre, au cours de laquelle les femmes ont pris leur liberté.

C’est à Périgueux que Marie-Claude Gay situe son nouveau roman « Les Amours de Lou » (Presses de la Cité). Le thème en est les conséquences désastreuses d’une éducation trop rigide. En 1952, Lou a dix ans et assiste au suicide de sa sœur ainée, enceinte et non mariée. La sévérité et la violence du père ont terrorisé les deux filles. Adolescente, Lou ne peut que voler des moments de liberté. Etudiante en droit, elle épouse Denis, un séducteur qui se révèle aussi un manipulateur. Lou peine à échapper à son éducation. Il lui faudra beaucoup de temps, beaucoup d’erreurs dans le choix de ses amants, avant d’obtenir cette liberté et cette paix intérieure auxquelles elle aspire.

Chez Gallimard, Jérôme Garcin nous propose « Le voyant », l’étonnante et historique histoire d’un aveugle devenu un grand résistant. Jacques Lusseyran est devenu aveugle à huit ans, « en ce jour d’azur, de lilas et de muguet, il entre dans l’obscurité où seuls, désormais, les parfums, les sons et les formes auront des couleurs. » Dès 1941, il entre en Résistance au sein du réseau Défense de la France. Arrêté en 1943 par la Gestapo, il est déporté à Buchenwald. Revenu vivant des camps de la mort, il se consacre à l’écriture et enseigne la littérature aux Etats-Unis. Il meurt à 47 ans dans un accident de voiture. Un héros.

Auteur à succès, Grégoire Delacourt nous livre, toujours aux éditions Jean-Claude Lattès, « Les quatre saisons de l’été ». La fin du monde est attendue pour l’an 2000. Au cours de l’été 1999, le dernier été avant l’apocalypse, sur la plage et dans les bars du Touquet, des histoires d’amour éclosent, enivrent et blessent aussi. Elles devraient être sans importance ; elles occupent toute la place. Quatre couples, à l’âge des quatre saisons d’une vie, se rencontrent, se croisent et s’influencent sans le savoir, et sans savoir qu’il y a une vie après la fin du monde.

Chez Joëlle Losfeld, l’Américain Charles Palliser nous propose un savant mélange de Jane Austen et d’Edgar Poe avec « Mère et fille ». Renvoyé de Cambridge, Richard se retrouve à passer Noël en famille. Sa mère et sa sœur n’ont qu’une envie : qu’il déguerpisse. Une ambiance malsaine plane dans la maison, autour du décès du père survenu quelques mois plus tôt. Des lettres anonymes obscènes se mettent à circuler. Avec naïveté, Richard mène son enquête, sans se rendre compte qu’un étau se referme lentement sur lui.

Avec « Le Loup et le Lion », paru chez Plon, Denis Lépée nous offre un remarquable duel, comme seule l’Histoire sait en créer. En 1588, une lutte à mort oppose le roi Henri III, souverain faible et critiqué, au superbe duc de Guise à l’ambition démesurée. Un troisième larron, Henri de Navarre, attend de tirer les marrons du feu. Le héros, le jeune Gabriel d’Epernon, n’a qu’un rêve: prendre part à l’aventure du royaume de France. Amour, rêve et devoir vont lui imposer un choix délicat.

 

JEAN-LUC  AUBARBIER.

corinne javelaud 10couv les amours de lou

 

Comments are closed.