MENU

by • 26 août 2021 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 27 août 2021.87

Essor Sarladais du 27 août 2021.

Thrillers sur fond de guerre.

Le Tour des Livres.

Débutons cette rentrée littéraire par le cinquième volume de la saga de l’abominable inspecteur Sadorski, due au talent de Romain Slocombe. Avec « L’inspecteur Sadorski libère Paris », toujours édité chez Robert Laffont, le dénouement est proche. Après avoir collaboré avec les Allemands (bien qu’il ne les aime pas) et donné libre cours à sa violence et à son antisémitisme, l’inspecteur Sadorski sent le vent tourner. La Milice devient plus perverse que les nazis. On vient de lui confier une mission tordue : escorter le prisonnier Georges Mandel, ancien ministre, jusqu’à Lyon. Or, le prisonnier est exécuté en cours de transfert par des miliciens. L’inspecteur découvre la Gestapo française et ses méthodes de tortures, il en est même victime, car on le soupçonne de résistance. Va-t-il en profiter pour tourner sa veste à temps ? Comme toujours, une excellente reconstitution de l’époque troublée de l’été 1944.

Bernie Gunther, le héros récurrent du regretté Philip Kerr, est un peu le grand frère plus convenable de l’inspecteur Sadorski. Commissaire de police à Berlin dans les années 30, il est recruté, bien que non-nazi, par le SS Heydrich pour mener des enquêtes dans cette triste époque. Dans « La pâle Figure », deuxième volet de la « Trilogie Berlinoise » (éditions du Masque et Poche), il enquête sur un pervers qui assassine des jeunes filles tout ce qu’il y a de plus aryen. Il ne tarde pas à découvrir que les coupables appartiennent à la SS et cherchent à faire accuser les Juifs de leurs crimes. On y croise la folie absolue des dirigeants nazis, et ceux, comme Otto Rahn, qui plongent dans les délires ésotériques et pseudo-scientifiques de l’idéologie au pouvoir. Ses pas le conduiront au château de Wevelsburg, la porte de l’Enfer.

Toujours chez Robert Laffont, dans la collection La Bête Noire, Cédric Bannel poursuit les aventures du commissaire Oussama Kandar, chef de la brigade criminelle à Kaboul, avec « L’espion français ». Le policier afghan doit retrouver de jeunes infirmières japonaises, enlevées pour être livrée à une redoutable complice des talibans, Alice Marsan dite la Veuve Blanche. Il se débat au milieu d’un univers de compromission et de fin de règne, car tout le monde sait que les talibans vont revenir au pouvoir. Dans cette aventure, il reçoit l’aide d’un agent secret français, Edgar, chargé d’éliminer la criminelle.

Au Cherche-Midi, Jean-Christophe Berthain publie « ZOF 1945 », un roman d’espionnage situé en Allemagne, juste après la seconde guerre mondiale. René Valenton, officier du Renseignement, est affecté dans la Zone d’Occupation Française, à Baden-Baden. Une France ruinée et à-peine vainqueur côtoie une Allemagne dévastée et vaincue. Dans ce panier à crabes, le pire y fréquente le meilleur. Valentin va croiser la route d’un certain Edgar Morin.

                                                                              Jean-Luc Aubarbier.

Comments are closed.