MENU

by • 8 février 2024 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 9 février 2024.171

Essor Sarladais du 9 février 2024.

CE QUE FEMME VEUT.

Le Tour des Livres.

Après le succès de « Liv Maria », Julia Kerninon nous revient avec « Sauvage », aux éditions de l’Iconoclaste, le portrait d’une femme de caractère. Ottavia, la narratrice, femme libre et volontaire, est passionnée par son métier de cuisinière. Avis à celles qui n’aiment pas le patriarcat, elle vit comme un homme, passant des heures dans son restaurant, laissant la gestion du ménage et des enfants à Bensch son mari complaisant. Elle assume ses choix, ses défauts, ses renoncements, son attachement à Cassio, son premier amant, qui lui a donné le goût de son métier. Quand sa route croise celle de Clem, celui qu’elle a aimé et abandonné, elle s’offre une récréation. Mais rien, aucun sentiment, aucune passion ne pourra se substituer à l’amour de son métier. Un roman sur l’égocentrisme des artistes.

Madeleine, l’héroïne du beau roman de Dominique Barbéris, « Une façon d’aimer », paru chez Gallimard (Grand prix du roman de l’Académie française 2023) est tout le contraire d’Ottavia. C’est une femme sage, qui épouse, dans les années 50, Guy l’Africain. Elle quitte sa Bretagne natale pour le suivre à Douala, au Cameroun. Timide mère de famille, mal à l’aise dans ce microcosme de colons, elle tombe sous le charme d’Yves Prigent, le séducteur local au parfum d’aventurier. Mais cette « histoire d’amour » dont on ne parle pas dans la famille, ne dépasse pas le flirt léger. Elle ne sera qu’une passante (de celle que chantait Brassens) dans la vie d’Yves, séduit par sa fraicheur. Les soubresauts de la colonisation sépareront les amoureux. Le roman est touchant car la narratrice n’a pas vécu les évènements qu’elle raconte. Elle s’appuie sur les souvenirs familiaux, l’enquête qu’elle mène, donnant au récit le ton brumeux d’un Modiano.

Drame de l’enfance maltraitée et résilience obligatoire sont les thèmes du roman d’Aline Caudet, paru chez Viviane Hamy, « Déchirer le grand manteau noir ». Maltraitée par ses parents quand elle était petite, Lucie, à présent mère de trois enfants, cache son adresse à ses tortionnaires. Les fantômes de la douleur et de l’humiliation la hantent. Mais ses parents exigent, par voie de justice, de voir leurs petits-enfants. Lucie fait appel à tous ses amis pour les protéger. Ce combat fait remonter les plus noirs souvenirs et révèlent de terribles secrets de famille.

« La chouette d’or », titre du roman qu’Isabelle Mayault publie chez Gallimard, était un jeu de piste au trésor, jamais résolu dans les années 1990. Dix-huit ans plus tard, Claudia, journaliste, soupçonné Beto, le Péruvien, d’avoir découvert le pactole et gardé le secret. Quand elle apprend que Beto a été assassiné à Barcelone, elle gagne aussitôt la capitale catalane, laissant mari et enfant. Elle se retrouve au cœur de sa propre adolescence, au milieu des fantômes, des ufologues et des oiseaux de nuit.

                                                                            Jean-Luc  Aubarbier.

Comments are closed.