MENU

by • 15 mars 2024 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 15 mars 2024.122

Essor Sarladais du 15 mars 2024.

NOIR, C’EST NOIR.

Le Tour des Livres.

 Avec « L’Ombre des Innocents », paru chez Calmann-Lévy, René Manzor nous propose une héroïne au double visage. Romancière talentueuse, mais en mal de notoriété, Marion Scriba est arrêtée par une cohorte de policiers. On la soupçonne d’avoir assassiné un enfant. Son ADN a été retrouvé sur l’arme du crime. Pire, deux autres enfants pourraient bien avoir été tués par elle. Il s’agit de crimes terroristes. Avant d’être une respectable mère de famille, Marion a passé plusieurs années en Amérique du sud, parmi les guérilleros qui luttent contre l’Occident capitaliste. Elle a beau clamer son innocence, expliquer un alibi plausible, elle se heurte à l’intransigeance du juge d’instruction et de la commandante de police. Pour prouver son innocence, elle n’a plus qu’une solution : s’évader et essayer d’agir comme le feraient les personnages de ses romans policiers. Un livre ébouriffant que l’on verrait bien adapter au cinéma.  

Avec « Mai 67 », prix des lecteurs Quai du Polar, paru en Série Noire chez Gallimard, Thomas Cantaloube nous livre un véritable roman noir, où l’étude sociologique est plus importante que l’enquête. Le 26 mai 1967 (j’avais juste douze ans ce jour-là) une manifestation est sauvagement réprimée à Pointe-à-Pitre. On ne saura jamais le nombre de morts. Luc Blanchard, journaliste qui vit en Guadeloupe avec sa femme Lucile, et leur fille, assiste à la tuerie. Lucile, dont le cousin, un des leaders du parti indépendantiste, a été tué par balle, est arrêtée avec 18 autres manifestants, et conduite en métropole pour y être jugée par une cour spéciale. Luc mène l’enquête sur place, puis à Paris, pour l’innocenter. On découvre « un bout de France qui n’est pas tout à fait la France », un système encore colonial, des clivages haineux (dans les deux sens) entre Blancs et Noirs, et même la CIA, qui surveille Cuba à proximité. Les victimes, toutes noires, ont été abattues par un barbouze. Une histoire vraie.

Nouveau venu dans la longue liste des auteurs de polar limousins, François Tacot nous offre un premier roman « Limoges à sang pour sang » paru chez Geste Noir. Jack l’éventreur à Limoges pourrait être le titre. Un célèbre peintre affiche dans une galerie la sculpture très réaliste d’une femme éviscérée … qui se lève devant les spectateurs. Le lendemain de l’inauguration, la même personne est retrouvée dans une situation identique, mais elle a réellement été tuée. L’enquêteur, Joseph Terdier, a la particularité d’être à la fois policier et prêtre.

Roman américain pour Alain Decker qui publie, dans la collection La Bête Noire chez Robert Laffont, « Jours de Ténèbres » (Grand Prix des Enquêteurs 2023). A San Diego, Californie, paralysé par un brouillard opaque, le corps d’une étudiante suédoise est retrouvé, sauvagement mutilé. Le début d’un puzzle pour Alex Craddock et son équipe. Un tueur en série parsème ses crimes d’éléments liés à l’histoire des Etats-Unis.

                                                                  Jean-Luc  Aubarbier.

Comments are closed.