MENU

by • 25 septembre 2021 • Mes livres, Nouveautés, Romans et nouvellesCommentaires fermés sur UN KIBBOUTZ EN CORREZE.167

UN KIBBOUTZ EN CORREZE.

Un kibboutz en Corrèze.

Presses de la Cité. (groupe Editis). Paru le 23 septembre 2021.

Diffusion Inter Forum. Roman historique, collection Terre de France.

Auteur Jean-Luc Aubarbier.

Ouvrage disponible. 21 euros.

D’après une histoire vraie. En 1933, le baron de Rothschild loue à Nazareth, en Corrèze, une ferme pour former à l’agriculture les jeunes Juifs qui fuient le nazisme. Ils doivent ensuite gagner la Palestine. Ils sont Juifs, communistes, intellectuels et surtout allemands. A Nazareth, les paysans n’ont jamais vu de juifs, se méfient des marxistes et haïssent les boches. On se méfie aussi de ces ‘filles en short’ qui risquent dépraver la jeunesse locale. Au temps de la méfiance va succéder celui de l’amitié, car ces gamins (ils ont entre 16 et 22 ans) sont travailleurs, enthousiastes et bien élevés. C’est cette étrange rencontre que j’ai voulu saisir dans ce roman, ce beau moment d’humanité. Mais il y a un ‘méchant’ dans l’histoire. Le sous-préfet de Brive, fasciste dans l’âme, est prêt à tout pour fermer le kibboutz. Surtout depuis que son fils unique, Frédéric, s’est amouraché de Sarah, une fille du kibboutz. La deuxième partie du roman se déroule à Sarlat pendant la guerre. Frédéric et Sarah sont entrés en résistance: il fabrique des automitrailleuses, elle tricote des poupées vendues au profit de la résistance….

Un des bâtiments du kibboutz Machar à Nazareth .
Bâtiment du kibboutz Machar.
Nazareth, monument du souvenir.

Extrait 1.

La femme examina la blessure sans rien dire, puis s’éloigna de son pas bancal de crapaud. Elle revint quelques minutes plus tard avec de l’alcool, du coton, des bandages. Elle posa le tout sur la table, contemplant le jeune blessé aux vêtements tachés de sang. -il ne doit pas être plus âgé que mon Benoit quand il est mort, murmura-t-elle. Les Allemands me l’ont tué. Des Allemands comme vous. – Nous… nous avons fui l’Allemagne, madame, balbutia Magda. La vieille femme se pencha sur Elie, défit le garrot improvisé et commença à le soigner avec des gestes maternels. Le regard doux qu’elle posait sur lui s’adressait à un autre.

Maison de la Résistance, rue de la Paix, à Sarlat, où ma mère et ma tante confectionnaient des poupées de laine tricolore, Nénette et Rintintin, vendues au profit des patriotes.
Sarlat, avenue Brossard. La maison où vivaient ma mère et ses soeurs devient, dans le roman, la maison de Frédéric et Sarah où sont confectionnées les poupées Nénette et Rintintin.
Les poupées de laine Nénette et Rintintin, dessinées par Poulbot.
Rintintin et Rusty dans Fort Apache. Le chien est le descendant du premier Rintintin, ramené aux USA par un aviateur américain en 1918. Nommé d’après les poupées tricolores, il fut acteur de films muets.
L’automitrailleuse fabriquée par la Résistance près de Sarlat.
L’automitrailleuse Panhard 178 à bord de laquelle Frédéric participe à la bataille de France en 1940.

Extrait 2.

Déployés sur un seul rang, les colons effectuaient en rythme le même geste et couchaient sur le sol les épis mûrs. On aurait dit les violonistes d’un orchestre ou les rameurs d’une compétition d’aviron. Tous les pas étaient d’une longueur identique, le bras lançait l’instrument en arrière puis la lame, vigoureusement projetée, accomplissait son oeuvre d’abondance. Le travail des autres dépendaient de chacun et l’on ne pouvait s’arrêter qu’ensemble, pour boire à la régalade l’eau fraiche de la gourde ou sortir de son étui la pierre à aiguiser, que l’on passait d’un mouvement régulier des deux côtés de la lame afin de lui rendre son tranchant.

Le Macchi 200 abattu par Magda lors de l’attaque du kibboutz en Galilée.
Le redoutable Junker 87 Stuka qui attaque les automitrailleuses de Frédéric en 1940 et bombarde Brive en 1944.
Le tracteur Mc Cormick Deering, la locomobile Ruston et l’automobile Donet Zeller du riche fermier Thierry Montalembert, visibles au musée de Salviac, dans le Lot, non loin du kibboutz de Nazareth.

Comments are closed.