MENU

by • 18 mars 2021 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 19 mars 2021237

Essor Sarladais du 19 mars 2021

La vengeance est un plat qui se mange froid.

Le Tour des Livres.

En s’inspirant de plusieurs histoires vraies, concernant des médecins tueurs en série, Jean-Christophe Portes a écrit « Intouchable » (City éditions), un polar captivant et tenace qui nous tient en haleine jusqu’au bout. Depuis dix ans que sa fille est morte, Anne ne vit plus ; elle se contente de petits boulots, a renoncé à toute vie sentimentale et ronge son frein. Le coupable de la mort de Manon, elle le connait : le docteur Simon Bonnamy était son patron et son amant. Mais lorsqu’on a retrouvé le corps de la jeune femme sur une plage de Royan, la police a conclu à un suicide. A l’occasion de l’accouchement de sa seconde fille, à Antibes, Anne croise à nouveau la route du docteur Bonnamy. Elle ne va plus le lâcher. En remontant la piste, elle découvre des cas de morts suspectes dans tous les hôpitaux où il a travaillé. Mais sa réputation le rend intouchable. On la croit folle. Jusqu’au jour où Anne monte un stratagème implacable.

Dix ans, c’est également le délai qu’il faudra à Maddi, l’héroïne du roman de Michel Bussi, publié aux Presses de la Cité « Rien ne t’efface », pour résoudre l’énigme de la disparition de son fils. Esteban jouait sur la plage de Saint-Jean-de-Luz quand il a soudain disparu. On a retrouvé un corps, mais Maddi refuse d’accepter la mort son fils. Dix ans plus tard, elle revient sur les lieux et reconnait un garçonnet du même âge, portant le même maillot de bain, et lui ressemblant comme deux gouttes d’eau. C’est rigoureusement impossible : Esteban aurait vingt ans aujourd’hui. Maddi parvient à découvrir que le petit Tom et sa mère, Amandine, résident à Murol, une bourgade d’Auvergne. Elle décide d’y installer son cabinet de médecin. L’enfant et sa mère vivent entourés de mystères et Maddi se prend à croire à la réincarnation. On la pense folle. Pourtant, alors que la raison vacille, c’est bien un plan machiavélique qui s’est refermé sur elle.

Escroquerie littéraire et vengeance sont les thèmes du roman de Maud Tabachnik, publié chez City, « Jeux de dupe ». Abbot, écrivain non reconnu, méprisé par les siens, ne trouve de satisfaction que dans l’écriture. Pour son malheur, il oublie son manuscrit dans un taxi, alors qu’il s’apprêtait à l’envoyer à un éditeur. Quelques mois plus tard, il découvre son roman en librairie. Pire, l’œuvre devient un best-seller. Abbot retrouve la trace de l’usurpateur et devient son secrétaire. Il le suit à Hollywood où doit être tournée l’adaptation du livre. Porté par la haine, Abbot imagine éliminer l’escroc, mais comment faire sans perdre les bénéfices de sa haute réputation ?

Haine et vengeance sont les moteurs du roman de Christian Blanchard, publié chez Belfond, « Tu ne seras plus mon frère ». En 2011, en Syrie, deux frères franco-syriens prennent des engagements opposés. Kamar devient un opposant rebelle tandis que Kasswara est un fervent défenseur du régime. Neuf ans plus tard, des « lionceaux du califat », ces enfants de djihadistes de retour en France, sont assassinés. Certes, ils peuvent être dangereux, mais ce sont des enfants. Qui peut leur en vouloir ainsi, s’interroge Florence Dutertre, la psychiatre chargé de s’occuper d’eux.

                                                                            Jean-Luc  Aubarbier.

Comments are closed.