MENU

by • 13 octobre 2023 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 13 octobre 2023.243

Essor Sarladais du 13 octobre 2023.

La Chasse à l’Enfant.

Le Tour des Lettres.

  Bouleversant, troublant, révoltant, le dernier roman de Sorj Chalandon, paru chez Grasset et intitulé « L’Enragé » n’en finit pas de toucher le lecteur, dans cette rentrée littéraire fort riche. On aurait pu l’intituler « La Chasse aux enfants », comme le poème de Jacques Prévert qui fait une apparition dans ce roman basé sur une histoire vraie.  Jules Bonneau, dit La Teigne, est le narrateur de ce drame. Parce qu’il a accompagné deux camarades incendiaires, en 1934, il se retrouve à Belle-Ile, un bagne pour enfants (ce qu’on appelait une maison de correction, dont on nous menaçait quand nous étions indisciplinés à l’école). Lui et les autres sont vaguement formés au métier de marin. Ils sont surtout maltraités, battus, affamés, humiliés. Jules a compris que seuls les durs s’en sortent, ceux qui ne font confiance à personne. « Je n’ai pas droit aux sentiments », écrit-il. La seule fierté qui leur reste, le seul honneur, c’est de désobéir, de ne pas céder au système. Dans la nuit du 27 août 1934, 56 gamins s’évadent de la colonie pénitentiaire. Pour aller où ? Sur l’ile, l’océan est leur prison. Une prime de 20 francs est offerte pour chaque capture : iliens, marins, touristes, tout le monde se précipite à la chasse à l’enfant. Tous seront repris. Sauf un. Jules a pu trouver une main secourable.

C’est un jeu littéraire que nous propose Eric Reinhardt avec « Sarah, Susanne et l’écrivain » paru chez Gallimard. Le livre est un « dialogue à trois » si j’ose l’exprimer ainsi. Sarah questionne son ami écrivain qui s’est servi d’elle pour créer le personnage de Susanne dans son dernier roman. Cette approche subtile permet de s’interroger sur le vrai et le faux et nous montre comment un écrivain parvient à créer, comment il utilise le vrai, puis invente, choisit un lieu plutôt qu’un autre pour faire évoluer ses personnages. L’écrivain a un pouvoir de vie et de mort, sur eux … et peut tout (ou presque) se permettre avec son modèle, y compris d’utiliser les difficultés de Sarah à écrire. Mais au bout de cette vérité déformée jaillit le sens.

Premier roman pour Morgane Az, chercheuse et enseignante, avec « L’Autre Part » paru chez Plon. Après la mort de sa grand-mère, Lina part sur les traces de la défunte, quand elle avait 20 ans, dans les années 50. C’est un récit de voyage qui la conduit au Maroc, à Tanger, à l’époque où la ville, avec son statut international, devient La Mecque de la Beat Génération. Lina suit les pas de cette jeune grand-mère dont l’esprit de liberté était bien supérieur au sien, au même âge. Avec une interrogation permanente sur la place occupée par ceux qui sont partis et le message qu’ils nous adressent.

Romancier à l’écriture à fleur de peau, l’Irlandais John Boyne nous propose « La vie en fuite », chez Jean-Claude Lattès. En 1946, trois ans après un drame terrible, une mère et sa fille quittent la Pologne pour Paris. Bien plus tard, Gretel croit avoir échappé à ses souvenirs. Elle mène une existence paisible à Londres. Mais lorsqu’un couple étranger emménage près d’elle, le passé ressurgit.

                                                  Jean-Luc  Aubarbier.  

Comments are closed.