MENU

by • 9 février 2023 • Mes chroniques littérairesCommentaires fermés sur Essor Sarladais du 10 février 2023.423

Essor Sarladais du 10 février 2023.

L’Enquête et le Territoire.

Le Tour des Livres.

Déjà célébré par Maurice Leblanc avec Arsène Lupin, Etretat est le cadre magnifique du polar « La Falaise aux Suicidés » que le journaliste Joseph Macé-Scaron publie aux Presses de la Cité. Connue pour son aiguille creuse, Etretat attire les candidats aux suicides qui viennent tout exprès pour se jeter du haut des falaises calcaires. Tel est bien l’intention de Paule, une chartiste que sa vie ennuie. A peine arrivée sur les lieux, elle assiste à un crime : une femme est précipitée dans la mer. « On m’a volé mon suicide » pense-t-elle en s’enfuyant. Le capitaine de gendarmerie Guillaume Lassire, un ami d’enfance, la prend sous sa protection et mène l’enquête. La paisible station balnéaire se révèle bien dangereuse, avec ces assassins qui veulent supprimer Paule, un témoin gênant, cet inquiétant professeur Cordier qui élève des araignées venimeuses, et une mystérieuse femme de ménage, mère d’une tribu de garçons violents, que l’on retrouve un peu partout. Guillaume examine les nombreux cas de suicides des dernières années : plusieurs sont en fait des crimes déguisés. Une intrigue à bout de souffle.

Après la disparition de Jean-François Parrot, créateur du personnage de Nicolas Le Floch (célèbre série télévisée), Laurent Joffrin a assumé le défi de redonner vie au héros, jeune policier sous Louis XV, avec « L’énigme du Code Noir », publié chez Buchet-Chastel. Désormais quinquagénaire, Nicolas poursuit son métier au début de la Révolution, tout en conservant ses convictions monarchistes. Deux nobles propriétaires d’exploitation aux Antilles sont retrouvés  assassinés à Paris. Les mutilations qu’ils ont subies évoquent celles que les propriétaires imposent aux esclaves en fuite. Serait-ce la vengeance de Noirs révoltés, des Libres de couleur vivant sur le sol français et qui veulent venger leurs frères ? Tiraillé entre ses deux maitresses, l’infidèle Nicolas est bien près de tomber dans le panneau. Mais il reçoit l’aide inattendue du chevalier de Saint-Georges, un noble métis, musicien et bretteur de premier ordre. Un polar historique qui nous en apprend beaucoup sur la situation des Noirs à cette époque.

Publié chez Robert Laffont, « La septième diabolique », premier roman d’Adrienne Weick, a reçu le Grand Prix des Enquêteurs 2022. Victime d’une panne de train, un auteur et un étudiant se retrouvent à devoir cohabiter dans un manoir vermoulu du Cotentin. Ils y découvrent la correspondance d’un célèbre écrivain du XIX° siècle, et l’existence d’un secret criminel remontant au Second Empire. Une magnifique enquête dans le temps.

C’est à Bordeaux, dans le milieu du vin, que Christian Jacq situe l’intrigue de son polar « Crime bordelais », paru chez X.O. Alors qu’il assiste à une réception, l’inspecteur Higgins voit le maitre de la place, Winsley, un Anglais établi dans la région, tomber raide mort, victime d’un bouchon empoisonné. Il avait de nombreux ennemis, et tous ont été conviés au raout. Le coupable est forcément dans la salle.

                                                                         Jean-Luc  Aubarbier.

Comments are closed.